Les poubelles de Gaza inquiètent Ashkelon et Ashdod

Un rapport du Centre palestinien  al-Mayadeen a averti d’une « catastrophe écologique » sur les plages de la bande de Gaza, qui s’étalent sur 42 km.

Une mer poubelle. Selon le rapport, en raison de la pénurie d’essence et d’électricité dans la bande de Gaza, qui complique le fonctionnement des stations d’épuration des eaux usées, de nombreuses municipalités sont contraintes de déverser leurs eaux usées dans la mer. Il s’agit d’une quantité de 100 000 m3 que les municipalités déversent chaque jour dans la mer des 23 stations d’épuration de la bande de Gaza. Les données du ministère de la Santé  et de l’autorité de l’Ecologie de Gaza  montrent un taux de pollution élevé des eaux de mer.

« Il y a de forts indices, que la pollution grave de l’eau résultant de l’absence de traitement des eaux usées qui se déversent dans la Méditerranée depuis Gaza, va bientôt salir l’eau d’Ashkelon et d’autres lieux en Israël, ce qui pourrait causer une explosion de maladies à Gaza et en Israël », a averti Yossi Inbar, l’ancien directeur général du ministère israélien de la Protection de l’environnement. « Les eaux usées qui s’écoulent dans la mer se déplaceront vers le nord, du fait que le sens du courant va du sud vers le nord » prévient-il.

Ashkelon et Ashdod aux premières loges

« Au-delà du fait que l’eau va être polluée et que nous ne pourrons plus nager. Il est aussi probable que l’usine de désalinisation (de la région d’Ashkelon) proche de la frontière soit arrêtée », a déclaré  Inbar à la radio de l’armée. «  Il peut aussi y avoir une pollution de l’eau souterraine. Une accumulation d’ordures dans les rues ou des « lacs » d’un genre ou d’un autre, susceptibles de créer des dangers liés aux moustiques et autres nuisances,  et donc une explosion de maladies ».

« La frontière entre Gaza et Israël est virtuelle, elle n’a pas de sens s’agissant de la mer », a poursuivi Inbar, et « la pollution pourrait atteindre Ashkelon, puis les plages des environs d’Ashdod très rapidement ».

Un récent accord entre le Hamas et les Autorités égyptiennes, pourrait changer la donne. Le Caire a accepté d’augmenter ses livraisons d’hydrocarbure afin de produire plus d’énergie dans la bande de Gaza. Mais pour l’heure, les effets bénéfiques de cet arrangement ne sont pas perceptibles.

David Sebban

David Sebban

Fondateur et Rédacteur en chef de Coolamnews. Journaliste TV et Radio, formateur et enseignant en communication, David est spécialisé dans l'actualité proche-orientale en général et israélienne en particulier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *