Les « petits » plus de Tsahal qui font la différence

 

Si elle est devenue ce qu’elle est, si son image connue et enviée, (jalousée trop souvent) a franchi bien des frontières, c’est qu’elle s’est donnée les moyens pour qu’un soldat israélien soit avant tout un citoyen responsable de la survie de son pays, paradoxalement un combattant aguerri, certes, mais un guerrier au service de la Paix.

« Et c’est la mise en place de la « Branche des Ressources Humaines (en hébreu : אגף כוח האדם, ‘Agaf Koah HaAdam’) chargée, (je cite), de gérer toutes les questions relatives à Tsahal, y compris la préparation des soldats au service militaire et la coordination des efforts de l’armée israélienne lors des initiatives nationales proposées par le gouvernement. »

Une structure composée de quatre principaux éléments tout exprès conçus pour permettre à ces jeunes, pardon, à « nos jeunes » de se préparer un petit minimum avant que d’être lancés dans une pareille aventure à la sortie de l’école et d’informer leurs familles d’autant plus inquiètes que le phénomène de l’Alya s’amplifiant, elles viennent peut-être tout juste de s’installer en Eretz !

Le Corps Éducatif :

« Le Corps Éducatif », (en hébreu : חיל החינוך, ‘Hel HaHinoukh’), fait le lien entre l’armée et la population israélienne » est-il expliqué sur le site de Tsahal.

« Il démontre aux citoyens que la volonté de Tsahal est de s’investir dans des projets nationaux, tels que la transmission des valeurs éducatives, l’intégration des nouveaux immigrants dans l’armée, la promotion de nouvelles communautés, des projets éducatifs, etc. Le rôle de ce corps particulier de l’armée consiste à diffuser les valeurs défendues par la société israélienne au sein de la jeune génération, principalement autour de l’histoire et des traditions du peuple juif, des guerres du pays, de l’histoire des unités de Tsahal, etc. La mission du corps est de servir de guide en matière d’éducation sur les questions nationales et sociales et d’aider les commandants de Tsahal à atteindre leurs objectifs dans l’état démocratique israélien.

Les officiers et commandants du Corps Éducatif cherchent à développer l’aptitude des soldats à éduquer et à prendre des décisions responsables, ainsi qu’à renforcer leur sentiment d’appartenance et de responsabilité envers l’État d’Israël et ses traditions.

Ils sont notamment en charge de certaines minorités et sont responsables de faciliter leur intégration dans l’armée et dans la vie civile.

A propos des Questions Relatives au Genre :

« Créée en 2001 à l’initiative du Brigadier-général Suzi Yogev, cette unité (surnommée ‘Yohalam’ en hébreu) a pour but essentiel de promouvoir les conditions » (- nécessaires et suffisantes sinon obligatoires-), « permettant aux jeunes filles d’utiliser leurs capacités de façon optimale pendant leur service dans Tsahal. Ce corps de conseil veille aussi à l’égalité des chances entre hommes et femmes dans leur service ou pendant leur carrière au sein de Tsahal, l’objectif étant de donner aux femmes plus de pouvoir et d’influence à la fois dans l’armée et dans la société israélienne lorsqu’elles réintègreront la vie civile ».

La Police militaire :

« La Police Militaire (hébreu : משטרה צבאית, ‘Mishtara Tsvaït’) est une force opérationnelle qui prend part aux activités anti-terroristes ainsi qu’à la défense de l’État d’Israël et de ses citoyens. Les officiers de la Police Militaire suivent leur formation à l’Académie de la Police Militaire. Cette branche est responsable de plusieurs activités : recherche et interrogatoires de soldats soupçonnés d’avoir commis un crime*, gestion des problèmes de discipline, luttes contre les différents trafics, administration des prisons militaires, etc. »

L’officine des Requêtes Publiques :

« Fondé en 1967, ce bureau d’assistance téléphonique est là pour accompagner le soldat. Son but est de pouvoir répondre aux familles ou aux recrues elles-mêmes sur toutes les questions relatives à Tsahal.

Il existe un service d’appel téléphonique d’urgence ouvert 24h/24 – au N°03-5691000- pour tout soldat souhaitant pouvoir s’exprimer sur de possibles problèmes psychologiques qui demandent une attention immédiate ».

Vous avez dit de Tsahal qu’elle était une armée humaine ? Qui peut dire le contraire ?

Source : https://www.tsahal.fr/minisites/branche-des-ressources-humaines/

*Au sujet des « crimes » des soldats, une modification possible de la loi est étudiée en ce moment pour redéfinir tous éléments permettant pareille accusation…

Bely Landerer

Bely Landerer

Avec Bely, Coolamnews vous propose un œil iconoclaste terriblement avide du monde qui l’entoure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *