Les pays arabes exigeaient une inspection du site nucléaire israélien : proposition rejetée

L’Assemblée générale de l’AIEA (Agence Internationale à l’Énergie Atomique) a voté aujourd’hui contre une proposition de résolution des pays arabes qui voulaient contraindre Israël à se soumettre à une inspection du réacteur nucléaire de Dimona.

Le débat a eu lieu sur une proposition présentée par l’Egypte et soutenue par la Syrie, l’Iran, la Libye et l’Irak, certains de ces pays d’ailleurs n’existant que virtuellement. La proposition de résolution a été repoussée par un vote de 61 voix contre 43.

Israël a travaillé en étroite collaboration avec les États-Unis et d’autres alliés occidentaux dans les coulisses afin de parvenir à une majorité qui pouvait bloquer la proposition. Des propositions similaires au cours des dernières années, ont déjà été repoussées. Israël affirme que leurs objectifs étaient principalement d’isoler Israël et de détruire sa capacité dissuasive. Mais c’était la première fois que la proposition était faite dans le cadre de l’accord nucléaire avec l’Iran.

reacteur de dimonaRéacteur de Dimona

Le ministère des Affaires étrangères a envoyé des émissaires dans un certain nombre de pays sur plusieurs continents afin de les convaincre de s’opposer aux résolutions. Le Premier ministre, Benjamin Netanyahou, et le directeur du ministère des Affaires étrangères, ont eu des entretiens avec plusieurs dirigeants et ministres des Affaires étrangères d’autres pays et leur ont demandé de s’opposer à la motion.

Le chef de la Commission de l’énergie atomique en Israël, Zeev Snir, a parlé devant ses pairs hier et a condamné le groupe arabe pour sa tentative d’isoler Israël et de nuire à sa capacité militaire. Snir a averti que « si la résolution était adoptée, elle ne ferait que nuire à la crédibilité de l’AIEA en politisant l’organisation et en réduisant de précieuses ressources. »

zeev snirZeev Snir

« Ceci est clairement au-delà de la portée et du mandat de l’AIEA. Ce débat a été imposé l’année dernière au comité économique de l’Agence et la plupart des Etats membres l’ont compris en votant contre ces propositions à trois reprises au cours des dernières années, » a-t-il poursuivi.

Snir a parlé longuement de la question iranienne, et a assuré que ce pays était la plus grande menace régionale. « L’Iran a secrètement travaillé pour obtenir un accord sur le nucléaire pendant des décennies. L’Iran n’est venu à la table des négociations que sous la pression d’un accroissement des sanctions internationales. »

Il a souligné qu’Israël conçoit l’importance essentielle du travail de l’AIEA, et coopère avec l’organisation sur un large éventail de sujets, dont la sécurité nucléaire, la sécurité générale, l’intervention d’urgence et la coopération technologique. Selon Snir, Israël a donné ses meilleurs experts et a contribué à son travail par sa vaste expérience et ses connaissances qui ont été bénéfiques aux Etats membres de l’AIEA.

Le représentant israélien a déclaré que le gouvernement israélien est appelé à augmenter sa contribution financière à l’Agence à travers le programme nucléaire pacifique. Il a révélé que le mois prochain, Israël sera l’hôte du Comité sur la contamination et fera partie d’un atelier de traitement. « Je tiens à féliciter la coopération technique avec l’AIEA. Durant la dernière année, Israël a mené des exercices traitant de réponses d’urgence aux réacteurs nucléaires endommagés. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *