Les origines des juifs d’Algérie, du Maroc et de Tunisie

MARRANE OU EXIL l’ANNEE 1391 : L’apport judéo-Espagnol et Judéo-Portugais en Afrique du Nord par Pierre Mamou pour Coolamnews.

L’année 1391 marque un tournant pour le judaïsme Sépharade. C’est l’année où des persécutions et des massacres organisés par des moines fanatiques, dont le sinistre Vincent Ferrier dans plusieurs régions d’Espagne, en Castille, en Aragon et aux Baléares obligent plusieurs dizaines de milliers de Juifs à se convertir au catholicisme ou à s’exiler en Afrique du nord, principalement au Maroc et en Algérie, deux des principales destinations pour ceux qui choisirent de partir cette année-là.

Alger voit alors arriver des sommités religieuses dont le RIBAH et le RACHBACH qui permirent au judaïsme Nord-Africain éprouvé et meurtri par l’épisode Almohade de se régénérer et de se revigorer.

En effet en 1140, des tribus Berbères Almohades islamisées et fanatisées dirigées par Abd el-Moumin ne laissent aux Chrétiens et aux Juifs dans toute l’Afrique du Nord et une partie de l’Espagne que le seul choix entre l’apostasie ou le martyr avec interdiction faite aux Juifs convertis de ne se marier qu’entre eux ! Le traité d’Omar instituant la dhimmitude qui tolérait les gens du livre à vivre en terre d’Islam moyennant de lourds impôts et un statut d’infériorité est abrogé sous prétexte que le Messie n’étant pas revenu 5 siècles après Mahomet pour les Chrétiens et pas apparu pour les Juifs, rendait ainsi caduque le pacte d’Omar. Et un crypto-judaïsme apparut, comparable au marranisme qui devait apparaitre deux siècles plus tard dans la péninsule ibérique.

Les Chrétiens disparaissent

A la chute des Almohades, la présence Chrétienne avait complètement disparu en Afrique du Nord, alors que la plupart des anciennes communautés Juives revinrent au judaïsme à l’exception d’une partie de celle de Fès au Maroc et celle de Sfax en Tunisie. Les conquêtes des Almohades accompagnées par des persécutions éprouvèrent durement le judaïsme nord-africain. L’apostasie et le martyre blessèrent gravement les corps mais plus encore fut la blessure des âmes. Suivant le conseil de Maimonide, de nombreux penseurs rabbins et des familles influentes quittèrent alors le Maghreb pour s’installer en Italie, en Egypte et en Orient.

Privées de cet encadrement les populations Juives se trouvèrent ainsi démunies de leurs guides spirituels, une ère de décadence commençait, même si une majorité d’apostats revinrent par la suite à leur foi ancestrale. Mais heureusement, ces communautés Juives du nord de l’Afrique, grâce aux expulsions des Juifs d’Espagne au 14ème et 15ème siècle furent renforcées par les influences Espagnoles déjà présentes depuis des siècles par les liens étroits cultuels et culturels, des chants des traditions fort semblables, mais aussi linguistiques et économiques existant entre ces deux contrées voisines l’Espagne et le Maghreb. Les étudiants maghrébins allaient depuis toujours suivre leurs études dans les yeshivot espagnoles, de même que les maîtres espagnols, comme le fit Maimonide, venaient apprendre ou enseigner dans les écoles nord-africaines.

L’arrivée des Juifs Espagnols devait faire de ces communautés juives d’Afrique du nord les héritières naturelles du judaïsme sépharade.

Le décret d’Isabelle la catholique

Quand en 1492, Isabelle la catholique acheva la reconquête de toute l’Espagne après la chute de Grenade et du dernier royaume musulman d’Andalousie, elle institua le 31 mars 1492 le décret de l’Alhambra qui laissait aux Juifs d’Espagne 4 mois jusqu’au 31 juillet pour choisir entre la conversion ou l’exil, car selon elle ,la présence du judaïsme en Espagne empêchait les Juifs convertis après 1391 d’être de bons chrétiens car beaucoup de ces marranes pouvaient être tentés de revenir au judaïsme par la présence de Juifs, d’où l’installation des tribunaux de l’inquisition et l’expulsion de tous les Juifs refusant le baptême.

Avant la découverte de l’Amérique par le Marrane Christophe Colomb, dont la famille Juive originaire du nord-ouest de l’ Espagne en Galicie se convertit en 1391 et s’exila ensuite en Italie à Gênes, le découvreur de l’Amérique sollicita les souverains espagnols Isabelle la catholique et Ferdinand, pour financer son expédition afin de découvrir une nouvelle route des Indes. Quand ils refusèrent c’est le ministre de l’économie, le marrane Luis de Santangel et d’autres riches Marranes qui permirent ce voyage avec le secret désir que Christophe Colomb découvre un nouveau pays pour accueillir les marranes et les Juifs persécutés.

Afrique du Nord, le refuge pour les Juifs

C’est donc en Afrique du nord avant la découverte de l’Amérique, qu’affluèrent les réfugiés Espagnols qui n’avaient pu trouver un refuge provisoire au Portugal. L’installation de « ces porteurs de bérets » n’alla pas sans heurt avec les communautés Juives locales installés depuis plus de 15 siècles au Maghreb. Les nouveaux venus amenaient avec eux, une civilisation, une mentalité, des connaissances différentes de celles du milieu autochtone : d’un côté des influences chrétiennes, de l’autre une longue osmose avec le milieu musulman.

Ceci devait marquer les différences profondes entre ces deux éléments du judaïsme désormais juxtaposé. La supériorité évidente des Judéo-espagnols qui se manifestait aussi bien sur le plan intellectuel que commercial, devait les inciter à beaucoup de prudence grâce à la sagesse des rabbins espagnols qui accompagnaient les nouveaux arrivants. Cette sagesse permit d’éviter les affrontements avec les Juifs autochtones repliés sur eux-mêmes, pénétrés de mœurs orientales et africaines et qui regardaient avec stupeur ces Juifs sortis d’un autre monde.

Au MAROC, l’unité du judaïsme fut cependant maintenue, les « porteurs de bérets » surent revêtir le turban et leur action ne fut que plus féconde. Leur influence pénétra partout. Ils inspirèrent une renaissance des études dans les synagogues et dans les cités. Aussi leur rôle commercial fut prépondérant dans les échanges avec l’Europe et la diaspora marrane. Ils s’imposèrent à tel point qu’ils absorbèrent presque entièrement l’élément Juif indigène. Tout le nord du Maroc adopta progressivement les coutumes des MEGOURASHIM (immigrés Juifs expulsés d’Espagne), tandis que dans le sud, les TOSHABIM demeuraient fidèles à leurs coutumes locales.

L’arbitraire pour les Juifs

A travers les heurts et les malheurs de l’histoire, quelques familles amassèrent cependant des fortunes considérables, tissant d’utiles liens commerciaux et diplomatiques à l’intérieur du pays et hors des frontières. Certains Juifs occupèrent des hauts postes dans l’administration du royaume. A différentes époques, ils furent chambellans, conseillers des sultans, intendants, collecteurs d’impôts, trésoriers, exerçant même parfois des pouvoirs proches d’un vizir, mais régulièrement des émeutes anti juives troublaient la vie juive et le statut de dhimmi censé les protéger n’empêcha pas l’incessante persécution dont les Juifs furent les victimes.

En plus de l’interdiction qui leur est imposé de porter des armes, de ne pouvoir monter à cheval mais uniquement sur des ânes, de ne pouvoir construire leurs synagogues qu’en demi sous-sol, les Musulmans leurs crachent à la figure dans les rues, les battent, ne leur permettent pas de porter des chaussures, sauf pour quelques privilégiés admis chez le sultan et qui sont alors autorisés à porter des sandales sommaires. Car les Juifs doivent toujours se présenter aux autorités pieds nus. Ils sont également obligés de porter des turbans noirs, ainsi qu’une marque spécifique pour les distinguer des autres habitants. L’arbitraire règne et le sultan peut à sa guise déposséder un Juif qui s’est enrichi ou attenter à sa vie si bon lui semble. A cela s’ajoutent les incursions espagnoles et portugaises qui en priorité s’attaquent aux Juifs encore plus gravement qu’a la majorité musulmane. Et des Juifs sont ainsi massacrés ou réduits en esclavage en 1510 à Tripoli, en 1541 à Alger, en 1578 à Tétouan ou à Tunis lors de la prise de la ville par Charles Quint.

Les migrations

Les Juifs traversaient aisément le Maroc du nord au sud, de l’est à l’ouest, de Tétouan à Taroudant, de Sijlimassa à Meknès et Salé, malgré les difficultés pour un Dhimmi. L’insécurité quasi permanente transformait les routes en coupe gorge pendant les périodes anarchiques d’interrègnes et de guerres intestines. Certains règnes marqués par l’énergie des souverains ont été exceptionnellement calmes et paisibles, comme par exemple au moment du règne de Moulay Ismaël (1672-1727). Tant qu’il y avait un souverain énergique on pouvait par 20 jours de marche voyager en caravanes, transporter des richesses et se livrer au commerce et aux échanges.

Les migrations internes pouvaient avoir différentes raisons : les populations d’une ville rebelle étaient parfois sur ordre du roi contraintes de quitter leur lieu de résidence, et aussi en période de disette ou d’épidémie. Par exemple en 1738, les Juifs quittèrent Meknès pour échapper à la famine et se rendirent dans les Doukkala puis plus au sud dans le Draa, ou les Juifs des Béni Snus qui allèrent s’établir à Oujda.

Les pèlerinages sont également l’un des motifs majeurs des grandes randonnées et déplacements à travers le Maroc (Hiloula, visite de la tombe d’un saint) située dans des zones parfois difficilement accessibles. Les Juifs pour leur sécurité se déguisaient parfois en Arabe, les hommes portant le turban (rezza) et les femmes le voile.

Les Yeshivot de certains foyers spirituels étaient éloignés et formaient les étudiants rabbins qui retournaient ensuite dans leur mellah d’origine. D’autres jeunes allaient en apprentissage dans une autre ville pour apprendre un métier, ou pour consulter une éminente autorité rabbinique pour régler un litige ou un héritage, et d’autres se déplaçaient pour des motifs économiques (artisans ou colporteurs ambulants)

Tous devaient faire face dans ces déplacements à des brigands ou des membres de tribus en rupture de bans. Les Juifs furent souvent victimes de malencontreuses aventures, voire de disparitions qui ne laissaient pas de traces. On a retrouvé dans des RESPONSA des arrêts des tribunaux rabbiniques relatifs au statut des Agounoths ( Aguna est une femme liée à un mari absent et dans l’impossibilité de se remarier sans preuve du décès de son mari).

On constate au Maroc :

Les MEGOURASHIM : Expulsés d’Espagne et du Portugal établis essentiellement dans l’ancien zone Espagnole du Maroc, sur la côte atlantique ou à l’intérieur suite à différentes migrations internes. La langue Castillane est conservée comme langue de communication, l’Haketiya et le ladino pour la culture et l’enseignement.

Les TOSHABIM : autochtones, indigènes arabisés qui parlent le judéo-arabe ou le judéo-berbère. L’hébreu restant la langue principale de la liturgie et de l’enseignement traditionnel.

On distingue ces catégories de groupes Juifs avec leurs caractéristiques propres : a) les Juifs vivant en milieu berbère parlant le berbère et habillés en berbère. b) les Juifs sahariens arabophones originaires de l’Arabie du sud et en particulier de Khaibar c) les Espagnols exilés de Castille et d’Aragon et parlant leur propre dialecte espagnol d) les exilés de l’Espagne musulmane parlant un idiome maure mêlé d’espagnol, d’arabe et d’hébreu e) des Juifs du Portugal souvent revenus de leur conversion forcée au christianisme et forts différents des autres originaires de la péninsule ibérique.

ALGERIE

Après les émeutes en Espagne en 1391, de nombreux Juifs espagnols quittent l’Espagne et s’installent majoritairement en Algérie particulièrement à Alger qui devient un grand centre rabbinique :

Grace à Isaac Barchechat dit le RIBACH né en 1326 à Barcelone puis qui séjourna à Saragosse et ensuite à Valence en 1385 avant de s’installer à Alger en 1391 où Il fut nommé par le pouvoir en place grand rabbin d’Alger, mais déjà très âgé, il fit venir près de lui le jeune rabbin âgé de 30 ans et chirurgien de profession, Shimon Bar Semah Duran dit le RACHBACH (né en 1361 et décédé en 1442). Grands érudits et ayant un grand respect entre eux, ils rédigèrent ensemble les règles TAKANOTS (règles civiles et ordonnances rabbiniques) au Beth Din d’Alger, et leurs règles s’appliquèrent jusqu’à Tunis et jusqu’à aujourd’hui dans le monde sépharade, ils rédigèrent 517 RESPONSAS (consultations juridiques et arrêts de tribunaux religieux) ainsi que 14 ouvrages étudiés à Amsterdam en 1720.

Les rabbins d’origine Espagnole prirent la tête des communautés Juives d’Algérie et firent adopter la liturgie Sépharade.

La dynastie des rabbins Duran rayonna jusqu’au 19ème siècle et leur descendant mon ami Jean Paul Duran s’occupe aujourd’hui encore en 2020 des cimetières Juifs en Algérie.

Les incursions espagnoles et la présence ottomane

Les immigrés Espagnols s’installent dans les villes du littoral et à l’intérieur du pays où ils fusionnent progressivement avec les Juifs autochtones à Oran, Mostaganem, Ténès, Alger, Bougie et jusqu’à Tunis. De nombreux autres s’installent à Tlemcen dont le célèbre rabbin Ephraim Encaoua né à Tolède et dont la tombe devint un lieu de pèlerinage et dans d’autres cités comme Constantine, Miliana et Médéa. Au 17ème siècle ils furent rejoints par des marranes Portugais dont certains ayant transités par Livourne en Italie se spécialisèrent dans le commerce transsaharien, le rachat des captifs Chrétiens victimes de la piraterie, ainsi que du commerce avec l’Europe.

Les incursions Espagnoles en Algérie continuaient à alimenter les craintes des communautés Juives en Algérie et celles des tentatives de prendre Alger en 1541 et en 1775 échouèrent (pourim d’Alger). Mais après la prise d’Oran en 1669 par les Espagnols, les Juifs furent expulsés de la ville, certains se réfugièrent jusqu’à Livourne en Italie, mais Oran fut reprise par les Ottomans en 1708 et les Juifs purent alors y revenir.

Le statut de dhimmi

Avant et après la période Ottomane, les Juifs d’Algérie sont eux aussi soumis au statut avilissant de dhimmi. Ainsi en cas de litige avec un Musulman, le témoignage du Juif n’a aucune valeur et il est le plus souvent condamné. Certains Juifs furent ainsi brulés vifs à la porte de Bab el Oued après un simulacre de procès. Les Juifs vivaient en permanence sous la menace de massacres comme celui de 1805 dont témoigna le consul de France Dubois-Thainville en 1805. Il sauva 200 Juifs en les abritant dans son consulat, alors que le chef de la communauté Nephtalie Busnach fut tué. Et encore lors d’autres émeutes en 1815, quand le grand rabbin d’Alger Isaac Aboulker fut décapité.

Les Juifs par leur statut de dhimmi étaient avilis et contraints à des tâches infamantes comme dépendre les pendus lors des exécutions publiques, porter les riches musulmans sur leurs épaules lorsque la pluie rendait boueux les chemins, respecter des préséances dans les rues en descendant sur la chaussée pour laisser la place aux musulmans et ne jamais les regarder dans les yeux. Selon un autre témoignage du consul des Etats Unis au début du 19ème siècle ils devaient lors des invasions de sauterelles protéger nuit et jour les champs des puissants en restant allongés torse nu.

L’arrivée des troupes Françaises en 1830 devait mettre fin au statut infamant de la dhimmitude et en 1870 le décret Crémieux accorda la nationalité Française à la communauté Juive en Algérie et l’égalité des droits tant attendue.

TUNISIE

La communauté Juive de Tunisie est la plus ancienne d’Afrique du nord, elle remonterait à la création de Carthage par la reine phénicienne Didon 700 ans avant l’ère commune. La langue phénicienne était proche de l’hébreu et cette proximité n’était pas la seule : le temple de Salomon fut construit avec des cèdres du Liban et une région appelée Tarchich dans la bible pourrait être la Tunisie actuelle.

La destruction du premier temple vit arriver des Cohanim à Djerba et ce mouvement d’émigration continua après la destruction du 2ème temple et la révolte Juive contre Rome en Cyrénaïque.

A l’arrivée des conquérants Arabes, les communautés Juives  étaient présentes en Tunisie depuis plus de 1000 ans comme l’attestent de nombreux vestiges de l’époque Romaine, une antique synagogue de Naro à Hammam-Lif ou des lampes à huiles juives au cimetière de Gammarth, entre autres dans la banlieue de Tunis.

Dans les premiers siècles de l’islamisation de la Tunisie, protégée par le pacte d’Omar, la communauté Juive de Kairouan rayonna par ses nombreux érudits rabbins, savants, médecins comme l’atteste les nombreux documents retrouvés dans la genizah du Caire.

Mais à partir de 1165, descendus des montagnes de l’Atlas, les berbères almohades islamisés et fanatisés envahirent la Tunisie comme le reste de l’Afrique du Nord et imposèrent l’Islam. Il s’ensuivit une période de décadence jusqu’au retour des communautés Juives au judaïsme et à l’arrivée d’immigrants Juifs Espagnols qui apportèrent un renouveau religieux qui s’accentua un siècle plus tard par l’arrivée à Tunis de Juifs Portugais ayant transité par Livourne (Leghorno) en Italie. Ces Granas occidentalisés introduisirent des nouvelles pratiques commerciales, un mode de vie européen.

La scission

Mais contrairement au Maroc et à l’Algérie une scission s’opéra entre les deux communautés. Les Touansas autochtones refusant la mainmise des nouveaux arrivants proclamèrent en 1710 la création de deux communautés séparées ayant chacune leurs propres rabbins, leurs propres synagogues, leur abattage rituel et même des cimetières séparés.

Jusqu’à la fin du 19ème siècle, très peu de mariages eurent lieu entre les membres de ces deux communautés. Il fallu attendre 1945 pour assister enfin à la fusion en une seule communauté Juive.

Pierre Mamou pour Coolamnews. Février 2020

Pierre Mamou

Pierre Mamou

Pierre Mamou est né à Tunis qu’il quitte adolescent mais où il garde de nombreux amis et relations.Il choisit une carrière dans le commerce international qui lui permet de voyager dans le monde entier ,notamment en Chine et en Inde,mais sa véritable passion est d’aller à la rencontre des communautés Marranes,ces Juifs Espagnols obligés de se convertir ou de s’exiler il y a 5 siècles.Chaque mois il nous fera un récit historique et racontera ses rencontres d’Amsterdam à Livourne, de la Jamaïque à Goa en Inde à la découverte des communautés Marranes

2 pensées sur “Les origines des juifs d’Algérie, du Maroc et de Tunisie

  • Avatar
    9 février 2020 à 19 h 43 min
    Permalink

    Il y avait une mégapole, ou le système social était d’une obscurité totale, L’héritage qu’ils nous ont laissé, c’est les pyramides, une tombe grande comme une montagne pour un seul et unique homme, summum de l’égoïsme. Un homme qui a vécu dans ce privilège a décidé de changer le système social: cet homme c’est Moise, il a piétiné les racines de l’égoïsme du système obscure, il a fait la loi sociale : la Bible et un jour de repos obligatoire. 2000 ans après l’empire de Rome se heurta violemment. L’adhésion en masse des soldats de l’Empire de Rome a la Bible, a obligé Rome a détruire Israël et à s’empare de son héritage sans aucun autre forme de procès

    Répondre
    • Avatar
      10 février 2020 à 11 h 28 min
      Permalink

      Excellent historique des juifs sepharades . Mes ancêtres sont descendants des juifs de guardaïa dans le M’zab (Sud algérien). Mes Grands parents me racontaient que dans le seul cimetière juif de la ville, situé en dehors, dans les montagnes, il y avaient de tombes juives dont les inscriptions en hébreu remontaient à plus de 1000 ans d’âge (les tombes indiquaient la destruction du 2e temple) De même les descriptions de ma famille de l’époque montraient des habits “ berbères” très différents des habits locaux et vivaient dans un ghetto…enfin ayant assisté à une soirée de chants judeo espagnols récemment, une ancienne berceuse espagnole chantée m’a soudainement et curieusement fait monter les larmes sur mon visage malgré moi : cette berceuse est remontée dans ma mémoire car elle avait bercé mon enfance…
      Avez vous des détails sur l’origine des juifs du M’zab ?
      Merci vivement de votre attention.
      Email : [email protected]

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *