Les oiseaux piégés ! Même Alfred Hitchcock n’aurait pas osé…

Il y a ceux qui ont réussi à faire d’un désert aride et mort une terre fertile et bien vivante. Et il y a ceux qui s’emploient à la détruire.  

Pour les premiers, il est aisé d’imaginer comment ils se mirent à la tâche plus d’heures que de raison, comment ils endurèrent le pire sans jamais se plaindre, comment une grande partie de ces « hommes-courage » moururent d’épuisement ou de malaria…

Et il y a ceux qui hurlent au vent mauvais qu’on leur a volé leur terre et passent le plus clair de leur temps à chercher comment l’anéantir, la détruire par le feu, en envoyant sur Israël des ballons-brulots, des cerfs-volants incendiaires et, dernière trouvaille, des « faucons-explosifs-vivants » !

  Membres de « l’unité al-Zouari » lançant des ballons incendiaires lors des « marches du retour » le 13 juillet 2018 (Page Facebook de l’autorité nationale suprême de la marche du retour, 13 juillet 2018)

Et ce terrorisme incendiaire de se poursuivre sans état d’âme ni le moindre respect si ce n’est pour L’Humain, du moins pour la Planète Terre…

Il y a quelques jours un « ballon-brulot » a été trouvé sur le terrain d’une école dans le Néguev. Par chance aucun élève n’était présent et l’engin a pu être neutralisé sans problème. Le même jour, dans la même région, un autre « ballon-brulot » a atterri dans un jardin d’enfants pendant l’heure de récréation. Là encore la chance a fait que les petits élèves ont été emmenés dans la classe et ledit ballon neutralisé.

Mais attention, dernière trouvaille dont se gargarisent ces pauvres palestiniens :

« Le 17 juillet 2018, « l’Autorité Israélienne de la Nature et des Parcs » (Israeli Nature and Parks Authority) a publié une note signalant qu’à cette même date elle avait localisé dans le Néguev occidental un « faucon incendiaire » lancé depuis la bande de Gaza auquel était attaché un engin incendiaire. La corde était emmêlée dans la branche d’un arbre. L’oiseau enchevêtré, en triste état.

Même Alfred Hitchcock n’aurait pas osé…

S’il s’agit là de la première utilisation d’oiseaux bien vivants, « kamicasés » malgré eux, il est à parier que malheureusement ce ne soit pas la dernière…

Bely Landerer

Bely Landerer

Avec Bely, Coolamnews vous propose un œil iconoclaste terriblement avide du monde qui l’entoure

Une pensée sur “Les oiseaux piégés ! Même Alfred Hitchcock n’aurait pas osé…

  • Avatar
    28 juillet 2018 à 7 h 06 min
    Permalink

    ET PERSONNE, NON PERSONNE CRIERA A LA BARBARIE

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *