Les nouvelles villes israéliennes prisées par les investisseurs

Aux termes de l’enquête menée par le ministère des Finances et à la demande de la revue économique en ligne Globes sur les transactions réalisées depuis 2017, ressort que les villes de Netivot (photo du haut), Or Akiva, Harish et Kiryat Ono sont de plus en plus prisées par les investisseurs.

Les efforts de l’ancien ministre des Finances Moshé KAHLON ont apparemment porté leurs fruits, à savoir éloigner les investisseurs du marché… en partie toutefois.
En effet, ces-derniers se sont désintéressés de destinations historiques telles que Haïfa ou encore Beer Sheva pour se rediriger vers de nouvelles destinations : Harish, Netivot ou encore Or Akiva.

Ces-dernières années, le marché immobilier a connu nombre de rebondissements ; tout particulièrement le secteur des investissements.
De fait, sous la gouvernance de l’ancien ministre des Finances Moshé KAHLON, la taxe d’acquisition a connu une augmentation dès l’acquisition du second appartement – ou du premier pour un non-israélien – avec un message clair à l’endroit de ces-derniers : vous n’êtes pas les bienvenus !
Les prix ont par ailleurs connu une augmentation, faisant baisser la rentabilité en même temps que les risques augmentaient.

Face à ces changements, les investisseurs vendirent plus d’appartements qu’ils n’en achetèrent, faisant baisser le nombre de logements détenus par ces-derniers de 19,000 depuis avril 2016. Actuellement, les investisseurs n’achètent plus que 1,200 appartements par mois, lorsqu’il était question du double en 2015 encore.

Les grandes villes attirent, mais moins

En parallèle de cette baisse a également été observé un changement en matière de choix du lieu de l’acquisition. De fait Haïfa, Jérusalem, Petah Tikva et même Tel Aviv sont en perte de vitesse ; à noter que pour cette dernière, elle se trouve en 5ème place des villes ayant vu baisser le nombre des acquisitions à des fins d’investissement.

Ce constat est toutefois à tempérer : Tel Aviv est la deuxième plus grande ville du pays, tout en étant celle où le nombre d’habitants n’étant pas propriétaires de leur logement est le plus grand, soit celle où le nombre d’appartements détenus par des investisseurs est le plus grand. Son classement serait plutôt à imputer à la chute abrupte qu’ont connu les ventes d’appartements de luxe. Enfin, ces chiffres sont à relativiser : au cours des 30 derniers mois, ce sont 3,000 logements qui ont été acquis par des investisseurs à Jérusalem, 2,200 à Haifa, 1,700 à Beer Sheva et 1,200 à Petah Tikva.

Nouvel Eldorado ?

L’étude met également en lumière les villes ayant maintenu, voire augmenter, le nombre d’acquisitions y étant faites par des investisseurs.
Généralement petites et situées dans la Périphérie, deux d’entre elles se distinguent particulièrement, à savoir Netivot et Or Akiva, dans lesquelles le nombre d’appartements détenus par des investisseurs a augmenté de 180~200 appartements au cours des 30 derniers mois.
S’agit-il d’un nouvel Eldorado des investisseurs ? Au sein du ministère des Finances l’on pense que non.

Pis, l’on met en garde face à un afflux de logements destinés à la location dans ces villes que laissent présager le nombre croissant d’acquisitions faites par des investisseurs, mais également d’acquéreurs au sein de projets dits de « prix ciblé » ayant fait savoir qu’ils mettraient leur bien en location.
Même problématique à Harish où le nombre de chantiers grimpent en même temps que le nombre d’acquisitions y étant faites par des investisseurs ; en dépit du fait que les chiffres pointent d’ailleurs clairement sur un surplus de l’offre à venir en matière de locations dans ces villes, les investisseurs continuent à affluer en raison de prix attractifs.

Les villes qui marquent leur différence

Une ville sort toutefois du lot : Kiryat Ono, une petite ville au centre d’une zone à forte demande. Cette ville est d’ailleurs en pleine expansion au cours des dernières années avec un nombre grandissant de chantiers en son sein, tout particulièrement de renouvellement urbain. Avec un prix de l’immobilier y étant plutôt abordable, il semble normal qu’elle attire nombre d’investisseurs.

La seule grande ville ayant enregistrée une augmentation des biens détenus par des investisseurs au cours des dernières années est la ville de Modiin…une toute petite augmentation toutefois, à savoir 10 appartements entre 2017 et 2019.

Il semble que tandis que les investisseurs d’antan se délestent de leurs investissements dans les grandes villes, les nouveaux tentent leur chance dans de plus petites villes avec des risques plus élevés.

SOURCE:  Credit immobilier en Israel .com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *