Les Knesset qui ont marqué l’histoire d’Israël ou le fragile système politique israélien

Au son du glas annonçant la fin de l’actuel gouvernement Netanyahou, voici un court historique rappelant les raisons dissolutions précédentes.

Il y a eu 33 gouvernements et 19 assemblées depuis 68 ans. La longueur de vie moyenne d’une Knesset est de trois ans et quatre mois. La moyenne pour un gouvernement est de 23 mois. Ceci démontre l’instabilité chronique de la politique israélienne ou une démocratie bouillonnante.

 La Première Knesset : l’éducation

Dès ses débuts la démocratie hébreu a connu de graves difficultés. La première Knesset a terminé son mandat avec la démission de Ben-Gourion, premier ministre déjà d’un second gouvernement. Les raisons: L’affaire, non résolue jusqu’aujourd’hui, des enfants Yéménites enlevés et la volonté de la Histadrout de prendre en charge l’éducation religieuse des enfants des Olim.

 Troisième Knesset: Les Allemands

La huitième administration a œuvré pendant la troisième assemblée et a presque tenu deux ans. Le « Vieux » a démissionné en juillet 1959. Le Mapam (extrême gauche à l’époque) et un autre parti socialiste ont voté contre leur propre gouvernement qui proposait de vendre des armes à l’Allemagne de l’Ouest. Ben-Gourion s’est donc à nouveau tourné vers le peuple.

K3

 La huitième: Le Chabbath

Le 17 gouvernement, avec à sa tête Ytshak Rabin z »l, a été formé en juin 1974 et a duré presque trois ans. Deux raisons ont poussé Rabin à démissionner. La première: La transgression du Chabbath par ses ministres à la fin de la cérémonie d’accueil des premiers avions de chasse F-15. La seconde: Un célèbre journaliste avait découvert que son épouse Léah, transgressant la loi en vigueur à l’époque, détenait des devises étrangères dans une banque en Suisse.

 La douzième: Dites: Chalom!

Yithak Shamir, Likoud, fut le premier ministre du 24eme gouvernement formé en juin 1990. Mécontents de sa décision d’entamer des pourparlers avec l’O.L.P. à Madrid, les partis nationalistes T’hiyah, Tsomet et Moledete ont quitté le gouvernement. Aux urnes!

 Treizième Knesset: Le Timing.

Suite à l’assassinat d’Ytshak Rabin, Shimon Peres prend place à la tête du gouvernement et décide, au vu des sondages plus que favorables, d’avancer la date des élections législatives. Les sondages effectués à la sortie des isoloirs le donnaient vainqueur jusqu’au petit matin: Netanyahou le bat avec 30000 voix de plus.

K13

 La quinzième assemblée: la coalition qui n’a pas coagulé.

Ariel Sharon, alors président du Likoud, avait reçu l’appui très majoritaire des citoyens israéliens. En 2001 on déposait deux bulletins dans les urnes: un pour la présidence du conseil et un pour les listes des partis politiques. Presque deux ans passent et le parti travailliste quitte le gouvernement. Malgré une aisance parlementaire et la nomination de nouveaux ministres Sharon décide tout de même de se tourner vers le peuple. Pendant la 17e Knesset Sharon retrouve son fauteuil, mais tombant gravement malade, Ehoud Olmert le remplace.

K15

 17eme: Corruption

Ehoud Olmert, prenant la place de Sharon, a réussi à sauvegarder son poste jusqu’en 2008, année où des accusations graves de corruption portées contre lui le forcent à démissionner. Il sera inculpé et condamné six ans plus tard.

 La 19eme et actuelle Knesset: disloquée.

Une réussite pour Benyamin Netanyahou qui a tenu tout le temps de son mandat pendant la 18eme assemblée et qui a gagné les élections de la 19eme. Deux ans et la cohabitation originale touche ces jours ci à sa fin. Les partis de Hatnoua et de Yesh Atid ne veulent plus jouer. L’imprimerie a déjà commencé à imprimer les bulletins électoraux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *