Les journalistes de l’Express accusent la première fortune d’Israël de « carnage »

La situation est tendue à l’Express, en prévision d’un plan social d’envergure, prévoyant le départ de 125 salariés, auxquels il faut ajouter des pigistes.

Le groupe Altice, dirigé par la première fortune israélienne Patrick Drahi, propriétaire de l’Express, évoque « des chiffres d’abonnements et de diffusion en réalité très inférieurs aux chiffres publiquement annoncés, une situation que nous avons dénoncée et corrigée ».

Dès vendredi, dans une lettre ouverte transmise à Patrick Drahi, la Société des Journalistes de « L’Express » (SDJ) appelait leur nouvel actionnaire  « à surseoir à tout carnage éditorial et humain ». « A défaut, vous apparaîtrez comme celui qui aura anéanti l’un des fleurons de la presse française », prévenait-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *