Les Imams européens de la haine du juif… et de tous

L’immigration massive des Musulmans vers les pays d’Europe de l’ouest a aussi entraîné avec elle des efforts prodigieux de blanchiment pour masquer les problèmes qui en découlent. Les principaux dissimulateurs de ce phénomène et de ses conséquences sont des hommes politiques occidentaux, ainsi que les médias et les dirigeants musulmans. Et il y en a bien d’autres. Par Manfred Gerstenfeld

Une autre raison de ces efforts manifestes de blanchiment est relatif au fait que publier les détails sur la criminalité, l’incitation et d’autres problèmes graves que certaines franges de l’immigration musulmane et de ses descendants entraînent derrière eux constituerait une énorme accusation contre les gouvernements européens. Ils ont laissé entrer des millions de gens sans examen approprié.

D’autres questions sont tout autant déformées. Beaucoup de pseudo-progressistes affirment de façon mensongère que toutes les cultures sont égales, une assertion simple à déconstruire. En outre, principalement à cause des méfaits du colonialisme, on a répandu la croyance erronée que seuls les peuples blancs peuvent être racistes[1].

Cette collection d’idées fausses est particulièrement problématique pour les Juifs. Il y a une quantité disproportionnée d’antisémites parmi les immigrés musulmans et leurs descendants. Les Juifs sont, par conséquent, devenus une cible privilégiée pour un grand nombre d’entre eux. Certains Musulmans commettent des violences, et une poignée d’entre eux, plus extrémistes, sont même des meurtriers. Tous les Juifs tués pour des raisons idéologiques, au courts de ce siècle nouveau, en Europe de l’Ouest ont été assassinés par des Musulmans.

Ces Imams de la haine

Du fait du nombre d’agressions physiques, la violence verbale contre les Juifs est étudiée avec moins de vigilance. Pourtant, beaucoup des expressions les plus extrémistes de haine antisémite proviennent de Musulmans, y compris de la part de dirigeants religieux. Des Imams ont proféré des appels au meurtre des Juifs dans plusieurs pays.

En juillet 2018, un procureur danois a accusé l’Imam Mundhir Abdallah pour appel à tuer des Juifs. Cette personnalité religieuse prêche à la mosquée Masjid AlFaruq de Copenhague. Dans des messages Facebook et YouTube de mars 2018, Abdallah citait un Hâdith, un récit religieux classique, disant : “Le Jour du Jugement ne viendra pas avant que les Musulmans ne combattent les Juifs et les tuent”. En mai 2017, le Danemark a publié une liste de six étrangers accusés d’être des prêcheurs de haine. Cinq d’entre eux étaient musulmans et un autre était un prédicateur évangéliste. Ils ont été bannis pour au moins deux ans.

En décembre 2017, Mohamed Tataï, l’Imam de la Grande Mosquée de Toulouse, en France, a cité le Hâdith en entier, qui est attribué au Prophète Mahomet, quant à la bataille finale et décisive : “Le Jour du Jugement ne viendra pas avant que les Musulmans ne combattent les Juifs. Les Juifs se cacheront derrière les rochers et les arbres, et les pierres et les arbres diront : Oh Musulman, oh, servant d’Allah, il y a un Juif derrière moi, viens et tue-le! – excepté pour l’arbre de Ghargaq, qui est l’un des arbres des Juifs”. Cet incitateur extrémiste et antisémite était un membre du groupe de dialogue inter-religieux avec les Juifs.

« Oh Allah, tue-les jusqu’au tout dernier »

En août 2014, l’Italie a expulsé Raoudi Albdelbar,, un imam marocain qui prêchait contre les Juifs dans une mosquée près de Venise : “Oh Allah,compte-les un par un et tue-les jusqu’au tout dernier”. C’est arrivé à la connaissance du public par une vidéo diffusée par le groupe d’observatoire des Medias basé à Washington, MEMRI.

En 2014, le Cheikh Abu Bilal Ismail, qui vit au Danemark, était prédicateur invité à la mosquée Al-Nur de Berlin. Là, il priait le ciel en appelant Allah à tuer les Juifs. En 2015, un tribunal pénal de Berlin a condamné Ismaïl à une amende de 1.300 € pour incitation à la haine contre les Juifs. En 2017, il devait à nouveau s’exprimer dans une autre mosquée de Berlin, mais il a été remplacé au tout dernier moment par un imam syrien. En 2016, le même imam avait été filmé à la mosquée Grimhoj d’Aarhus au Danemark. Là, il incitait à tuer d’autres personnes : “Si une femme mariée ou divorcée est engagée dans des pratiques de fornication et qu’elle n’est pas vierge, elle doit être lapidée à mort“.

En 2001, les autorités ont contraint la mosquée El Tawheed d’Amsterdam de supprimer plusieurs déclarations de son site Web, dont la suivante : “Les Juifs possèdent l’industrie de l’armement et, d’un autre côté, ce sont eux qui font les guerres“. En 2018, on a appris que la mosquée El Tawheed était fréquemment visitée par des individus qui ont rejoint le Djihad armé et les terroristes.

La haine de tous

Les Juifs ne sont pas les uniques cibles des prédicateurs de haine musulmans. En décembre 2016, dans la mosquée Dittsbury de Manchester, l’Imam Mustafa Graf a appelé au Djihad armé. Un des assistants réguliers à cet endroit était Salman Abedi. Six mois plus tard, il se faisait exploser dans un attentat-suicide qui a tué 22 personnes dans un concert offert par la chanteuse Arianne Grande dans cette même ville.

En 2016, la Belgique a expulsé l’imam hollando-marocain El Alami Amaouch. Depuis lors, il prêche aux Pays-Bas. L’imam Fawas Jneid est encore un autre prêcheur de haine en Hollande. Une fois, en arabe, il a verbalement attaqué le maire de Rotterdam, Ahmed Aboutaleb, musulman orthodoxe, en le déclarant apostat de l’Islam et ennemi du vértiable Islam. Le ministre néerlandais de la Justice, Fred Grapperhaus, a informé les parlementaires que son prêche se tenait dans les limites de la loi. L’association des imams hollandais a déclaré à un journal qu’elle ne publierait pas de déclaration officielle sur les commentaires de Jneid. “Il y a tellement de gens disant des choses délirantes”, a observer un porte-parole.

La pointe de l’iceberg

On peut aussi trouver des prêcheurs de haine musulmans au Canada et aux Etats-Unis. Dans ce dernier pays, le Premier Amendement problématique dans la Constitution représente un handicap sévère ans l’action contre les incitateurs extrémistes. Dans le monde arabe et dans la plupart des pays musulmans, des dirigeants religieux et d’autres chefs politiques appelant au meurtre des Juifs sont monnaie courante. Durant de nombreuses années le Hadit du meurtre” faisait partie de la charte du Hamas.

Tout ce qui précède n’est encore que la pointe de l’iceberg. Les organisations musulmanes en Europe prétendent fréquemment que les mosquées n’ont rien à voir avec l’antisémitisme. Si l’Union Européenne était un tant soit peu sérieuse dans son combat contre l’incitation à la haine anti-juive, elle devrait systématiquement mettre en place dans tous ses pays-membres, des enquêtes de leurs services de police sur la prédication et la propagation de la haine dans les mosquées, par les guides religieux musulmans, où qu’ils puissent être. L’information relevée devrait être rendue publique.

Le Dr. Manfred Gerstenfeld a présidé pendant 12 ans le Conseil d’Administration du Centre des Affaires Publiques de Jérusalem (2000-2012). Il a publié plus de 20 ouvrages. Plusieurs d’entre eux traitent d’anti-israélisme et d’antisémitisme.

Source: Israel national news

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *