Les « gilets jaunes » ont disparu en Israël. Mais pourquoi donc?

 

La sécurité sociale israélienne a publié en début de semaine son rapport annuel sur la pauvreté. Il montre les contrastes économiques au sein de cette société. Un Israélien sur cinq vit sous le seuil de pauvreté. C’est le taux le plus élevé parmi les pays de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE).
A regarder les statistiques, l’économie israélienne se porte bien. Son taux de croissance est supérieur à 3% et ce fut le cas presque tous les ans depuis 14 ans.
Le taux de chômage a chuté aux alentours de 4% en 2018: un plus bas historique.Lire la suite sur israelvalley.com