Les familles ont qualifié la CPI de «cynisme pervers»

Les familles de Naftali Frenkel, Gil-ad Shaer et Eyal Yifrach (Que D’ieu venge leur sang) – trois adolescents israéliens qui ont été enlevés et tués par des terroristes du Hamas en Judée et Samarie en juin 2014, un acte qui a déclenché l’opération « Bordure protectrice » ce même été, ont publié lundi une lettre exprimant leurs sérieuses objections à la récente décision de la CPI ‒ Cour Pénale Internationale de La Haye ‒ d’enquêter sur Israël pour des crimes de guerre présumés en Judée-Samarie et à Gaza.Lire la suite sur jforum.fr