Les entreprises étrangères se préparent à plonger dans le lucratif marché iranien

TEHERAN Les hôtels de la capitale iranienne sont tous complets! Les investisseurs étrangers chassent les bonnes affaires dans l’un des plus grands marchés inexploités de la planète. Comme l’Iran et six puissances mondiales ont finalement décroché un accord sur le programme nucléaire de l’Iran, la route est pavée de bonnes intentions pour relancer le dynamisme économique.

À l’heure actuelle, compte tenu de l’économie iranienne jusqu’ici bancale, les sociétés cotées sont aux prises avec la récession et le volume des échanges qui ont récemment atteint un creux dramatique. L’indice de référence Bourse de Téhéran (TSE) en particulier a eu un parcours cahoteux depuis le début de l’année. Pour empirer les choses, au cours des dernières assemblées générales annuelles, des sociétés iraniennes ont fermé.

Alors, pourquoi est-ce que le marché des actions iranien est encore si attrayant pour les investisseurs étrangers?

iran_economy

L’Iran se classe quatrième dans les réserves de pétrole et possède les plus grandes réserves de gaz naturel. Il a également la deuxième plus grande population dans le Moyen-Orient, avec 80 millions de personnes, une abondance de minéraux stratégiques, une main-d’œuvre bien formée, des services publics bon marché et de positionnement stratégique.

Parmi les secteurs les plus attrayants, l’industrie pétrochimique. Aujourd’hui, les entreprises du secteur représentent une part de près de 27% du marché des actions et ont ainsi saisi l’attention des investisseurs. Lancement de nouveaux projets et financement de celles bloquées jusque-là, voilà les actions les plus lucratives de l’Iran. Les sanctions les plus invalidantes sont levées. Dans ce climat, les retours des investissements permettent d’être le premier sur ce marché.

Selon Andreas Schweitzer, le directeur associé senior au Arjan Capital à Dubaï, « Le cadre juridique iranien est faible et ne légifère pas sur la plupart des questions entourant les fusions et les acquisitions. Les industries  sont dans le besoin ou ont besoin de réviser leurs infrastructures, telles que le pétrole et le gaz, les compagnies aériennes, les hôtels, etc., ou celles qui vont bénéficier d’un redressement économique, voilà les principaux secteurs attirant les capitaux étrangers. »

Il convient de noter que les investisseurs traditionnels ne se précipiteront pas jusqu’à ce que les sanctions les plus fortes soient levées, ce qui devrait prendre plusieurs mois.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *