Les disparités politiques entre Netanyahou et son parti ne sont pas purement idéologiques

« Que ce soit la souveraineté sur le Mont du temple, le processus de paix, la libération des prisonniers palestiniens ou le comportement vis-à-vis des arabes israéliens, le fossé qui se creuse entre l’action du Premier ministre et la pensée de certains de ses ministres ou des ses anciens partisans pose le problème des prochaines élections et le choix d’un leader de droite, » c’est à partir de ces éléments que Ronen Polak, journaliste à Kol Israël a interviewer Arie Eldad.

Arie Eldad est un membre ancien et actif du Centre du Likoud. A ce titre, il participe aux choix et aux décisions du parti. « Le Premier ministre en démissionnant Danny Danon et en refusant de participer à une rencontre de Rosh Hachana qui doit avoir lieu ce soir à Ashkelon refuse la confrontation avec le parti. Il sera ce soir à Petah Tikva, pour porter un toast en l’honneur de la nouvelle année, cela prouve qu’il aurait pu se libérer pour y rencontrer ses amis ! » Le journaliste lui répond que « le comportement du parti durant l’Opération Roc inébranlable a été très critique envers Bibi et Yaalon, il n’avait peut-être pas envie de se faire huer ? »

« Il n’est pas sûr que le Merkaz le choisira pour être le prochain représentant du Likoud ! »

« Nous avons le sentiment que Netanyahou n’a pas écouté la voix du peuple lors de la guerre contre le Hamas. D’ailleurs, les habitants des villes du Néguev lui ont fait savoir, surtout quand ils sont revenus après le sixième cessez-le-feu et qu’ils se sont fait bombarder. De la même manière, tous les membres du Cabinet ont été interpellés ! »

« Nous considérons qu’il ne peut pas être le prochain candidat du Likoud, il a dévié des directives du parti et a pris des chemins qui ressemblent de plus en plus à ceux de Livni. » Le journaliste lui demande alors : « Il était encore en tête lors des derniers sondages, avec 39% de voix favorables. D’autre part, c’est une élu du peuple, il a agit en fonction du mandat qui lui a été confié. »

 

« C’est le peuple qui est souverain, pas les élus ! »

« Vous savez, le dernier sondage qui a été récemment publié donnait Naphtali Bennett, le leader du pari religieux Bait Hayehoudi, gagnant sur Netanyahou. C’est un signe flagrant de protestation populaire, ajoute Eldad. «  Le dernier commentaire du journaliste, avant de se séparer de lui a été : « Il est difficile pour un Premier ministre de concilier toutes les idées qui s’expriment au sein d’un peuple, Netanyhou a fait ce qu’il considérait le mieux pour lui ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *