Les députés se réunissent pour la dernière journée de la 19ème Knesset

Les députés ont voté la dissolution de la 19ème Knesset. Les élections sont prévues pour le 17 mars 2015. Les députés se séparent alors que l’ancienne coalition est fracturée, marquée par des luttes intestines et des règlements de comptes personnels. Elle s’est rompue après moins de la moitié de son mandat.

Lors d’une cérémonie, il y a 671 jours, 48 nouveaux membres de la Knesset ont prêté serment, un nombre record de députés qui entamaient leur premier mandat au sein de l’Assemblée législative. Ils venaient rejoindre les 72 députés vétérans, promettant de réduire le coût de la vie, de travailler sur la crise du logement et de servir le public en matière de religion et d’Etat. Mais ce lundi 8 décembre 2014, les 120 législateurs devaient entrer à la Knesset pour la dernière fois, pour approuver sa propre dissolution et se présenter devant les électeurs.

knessetLa coalition, qui a donné jour à cette Knesset, marquée par les différends de ses membres, ne parviendra pas la à dernière moitié de son mandat. Si les partis religieux n’ont pas permis à Netanyahou de sauver sa coalition, Israël Beitenou s’en est tenu à son engagement, ne permettant pas non plus un gouvernement de remplacement. Les citoyens d’Israël seront obligés de réfléchir à ce gâchis jusqu’au 17 Mars, quand ils se rendront aux urnes.

Pendant de longs mois, la coalition, qui a finalement été désintégrée la semaine dernière, a essayé de sauter les nombreux pièges qui se sont présentés sur son chemin. Presque chaque problème majeur a attiré un feu nourri des deux côtés. Une partie de la coalition a pris le rôle de l’opposition parlementaire et a cristallisé la critique la plus dure, a contrecarré ses propres membres et a bloqué certaines réformes comme un moyen de régler des comptes personnels.

netanyahou

Les jours passaient, les crises ont augmenté, entraînant un manque de confiance entre les partenaires de la coalition. Il y a environ un mois, le projet de loi sur la nationalité a conduit à un tollé, suivi par des désaccords sur le budget et la Loi sur des arrangements économiques, dont celui sur le projet de loi sur l’annulation de la TVA sur les appartements. Tous ces projets ont eu le soutien du Premier ministre Benjamin Netanyahou, mais qui s’est rétracté, prenant conscience  qu’il trahissait sa pensée. Ne pouvant se justifier, ce redressement l’a obligé à limoger Lapid et Livni.

D’aucuns disent que c’est l’un des seuls cycles électoraux dont aucun des membres de la coalition peut expliquer comment elle en est arrivée là. Comment Netanyahou a subi un tel retournement d’opinion sur Lapid et Livni, par rapport à la façon dont il les considérait il y a quelques mois. La seule explication valable, c’est lui qui la détient et nous la connaîtrons que dans vingt ou trente ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *