Un israélien a failli être lynché près de Taybeh

Un homme qui s’en revenait d’une visite chez des amis arabes israéliens de Taybeh, une ville arabe située au cœur de la Basse Galilée, en Israël, a failli être victime d’un lynchage. Il était dans son véhicule lorsqu’un groupe d’une vingtaine d’émeutiers se sont jetés sur lui. Ils ont commencé par jeter des pierres sur sa voiture, puis l’ont extrait, l’ont frappé jusqu’à ce qu’il soit sauvé par une vingtaine de personnes témoins du drame.

L’homme s’en est sorti sans blessures. Les émeutiers ont tout de suite mis le feu à sa voiture. Un témoin raconte : « J’étais sur les lieux de l’agression. Il y avait une quinzaine ou vingtaine de jeunes à s’en prendre à lui. Certains portaient des masques ou des foulards qui enveloppaient leur visage. Je les ai vus arrêter la voiture du Juif. Ils ont commencé à lui lancé des pierres et des bombes incendiaires en criant « Allah Hou Akbar ». Ils l’ont sorti du véhicule et l’ont frappé. Puis un groupe de personnes est arrivé. Les gens ont réussi à l’extirper de la foule. »

« Je me demande comment je m’en suis sorti vivant ! »

L’homme avait une quarantaine d’années et revenait d’une visite chez des amis. Il retournait paisiblement chez lui quand il a été agressé par des individus très violents. « J’ai beaucoup d’amis dans cette ville, je travaille avec eux depuis longtemps. Au début, je n’ai pas cru à ce qu’il m’arrivait ! Je me demande comment je m’en suis sorti vivant ! »

Hier plus de trente jeunes arabes ont été arrêtées. La ville de Taybeh et celle de Kfar Kana ont été fermées. La police a été placée en état d’alerte Guimel, qui est l’avant-dernier niveau d’alerte. A Kfar Kana, des pneus ont été enflammés, ainsi que des poubelles, des pierres ont été lancées sur les forces de l’ordre, le matériel public a été endommagé, obligeant la police à fermer la ville et a dispersé les manifestations. Les arrestations ne se comptent plus à Kfar Kana. Les manifestations se sont aussi répandues à Oum el-Fahem, à Kfar Qasim et à Nazareth.

« Si nous devons tous nous mobiliser d’une façon ou d’une autre, nous le ferons ! »

En Judée-Samarie, plusieurs incidents ont été signalés. Par exemple, à Maalé Shomron une femme juive, mère de cinq enfants, qui roulait dans sa voiture, a été attaquée à coup de pierres et de bombes incendiaires. Une des bombes a brisé le pare-brise avant sans faire de blessés. De la même façon, avec les mêmes scenarii, des émeutes ont éclaté à Jérusalem, dans les quartiers de Shuafat, Abou Thor, Beit Hanina où le tramway a été criblé de pierres.

Le ministre de la Stratégie, se faisant l’écho des déclarations tonitruantes de son ministre de tutelle, Benyamin Netanyahou, a déclaré que « l’ordre allait être rétabli, que c’était une question impérative pour l’Etat, une mission nationale, que si nous devions tous nous mobiliser, d’une façon ou d’une autre, pour stopper cette situation chaotique, nous le ferons ! » Les Israéliens, qui ne sont pas des spectateurs passifs, ne manqueront pas de lui rappeler ses propos car les déclarations de bonnes intentions ne vont pas résoudre le problème.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *