Les aventures de l’ambassadeur de l’UE à Bné Brak…et le cadeau imprévu

Lars Faaborg-Andersen, l’ambassadeur de l’Union européenne en Israël, tente de peaufiner l’image bien entamée de l’Union auprès des Israéliens. Souvent critiquée pour son survol très éphémère de la société israélienne et pour son approche binaire de la diplomatie régionale, la hiérarchie de l’ambassadeur a sans doute donné quelques instructions pour modifier l’approche.

Voici donc Faaborg-Andersen en visite dans le cœur de l’orthodoxie juive…à Bné Brak avec un message un peu alambiqué : approfondir la relation de la communauté orthodoxe avec la sphère politique et économique de l’UE. Et rien n’est mis de côté. Rencontre bien sûr, avec le maire, visite aux organisations caritatives et l’incontournable sujet du moment : les orthodoxes dans la high-tech ou comment allier l’étude des textes sacrés le matin et le monde du travail l’après-midi?

« Très impressionné par son premier contact avec le public Haredi (orthodoxe) », l’ambassadeur a conclu sa visite auprès de chefs d’entreprises de la ville. L’un d’entre eux, Amihaï Uzan a offert une bouteille de vin à son éminent visiteur lui précisant qu’il s’agissait d’un vin primé de Samarie. « Je travaille à Bné Brak mais j’habite à Karné Shomron, en Samarie, dois-je être signalé à l’Union européenne ? » a demandé Uzan.

Pas gêné pour autant, l’ambassadeur apparemment rôdé à l’exercice, a répété que l’UE s’opposait à tout boycott contre Israël et à BDS et que le marquage des produits de Judée-Samarie ne concernait pas les personnes. Souriant et décontracté, Faaborg-Andersen a ajouté qu’il acceptait avec plaisir de boire le vin de Samarie et a même posé pour la postérité avec son présent, pourtant si discuté à Bruxelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *