Les armes de l’antiterrorisme : la vigilance, l’autodéfense et le renseignement

Le ministre de la Sécurité intérieure a déjà décidé d’un certain nombre de mesures afin de parer aux attaques terroristes : les barrages à la sortie des quartiers arabes de Jérusalem, les inspections des passants et des véhicules qui sortent de ces quartiers, l’enterrement des terroristes hors de Jérusalem, la destruction de leurs maisons, un renforcement judiciaire des détentions administratives et l’autodéfense.

Parmi toutes ces mesures, dont on ne connaît pas encore le degré d’efficacité, il en est une qui n’a pas été citée car elle exige un travail discret, hors des sunlights médiatiques, c’est le Renseignement. Les déclarations controversées de Yoram Cohen, le dirigeant du Shin Bet, (qui a prétendu qu’Abbas n’était pas intéressé par le terrorisme), ne change en rien les capacités professionnelles de l’Agence. Et s’il existe une arme d’une grande efficience et qui a fait ses preuves en Judée-Samarie, c’est sans contestation le Renseignement.

yoram cohen

Les quelques centaines de jeunes palestiniens émeutiers et terroristes potentiels, arrêtés par les soldats ou la police et remis entre les mains du Shin Bet, vont fournir une information de premier ordre sur les réseaux de contrebande d’armes, sur les influences qu’ils subissent de leurs imams ou des organisations terroristes qui les ont noyautés, sur le niveau de radicalisation des jeunes musulmans des quartiers Est, sur l’implication des adultes, parents et employeurs, sur la portée des discours mensongers sur al-Aqsa, et surtout sur le financement des émeutiers.

Depuis juin 2014, c’est-à-dire depuis l’enlèvement et l’assassinat des trois jeunes étudiants de Yeshiva en Judée, Israël a enduré de nombreux chocs à travers une guerre, qui a fait 57 morts et dont elle sait profondément qu’elle l’a gagnée, et à travers des attentats terroristes qui ont fait déjà 15 morts. Mais Israël est-il prêt à mener un combat national contre les Arabes qui manipulent la violence et le mensonge pour arriver à ses fins, faire plier le pays ?

krav

Parce qu’en matière d’autodéfense, tout est à revoir : les protections des écoles et des jardins d’enfants, des lieux publics, des centres commerciaux, des synagogues, des transports publics, et bien d’autres endroits dont la défense a été négligée. Que les policiers, gardes et soldats soient autorisés à garder leurs armes en dehors de heures de service est une bonne décision prise par le ministre, mais la défense des civils et des endroits publics doit aussi être assurée par ceux qui les fréquentent. Espérons que les mesures d’allégement des permis de port d’arme des civils sera une mesure complémentaire qui rassurera les gens et aura l’effet de dissuasion attendu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *