L’épidémie « profite » aux animaux et à la nature en Israël

Qui a dit que l’épidémie actuelle ne présentait que des inconvénients ? Les effets du confinement profitent au moins aux animaux qui occupent les lieux laissés vacants par l’homme. La nature dit-on a horreur du vide. La preuve.

La nature et les animaux reprennent leurs droits. L’épidémie de coronavirus et le confinement qui s’en est suivi ont quelques effets positifs. Tout d’abord, une baisse sensible de la pollution dans les villes. C’est ainsi qu’après plusieurs semaines de confinement la vue sur Jaffa est parfaitement dégagée, sans le voile de brouillard habituel.

Par ailleurs, la flore et la faune reprennent leurs droits. A Eilat, on a récemment observé des bouquetins sur la promenade normalement noire de monde. Dans le parc Hayarkon de Tel-Aviv, les chacals règnent en maîtres et, à Haïfa, on a vu une harde de sangliers dans un quartier résidentiel.

Partout dans le pays, on entend de nouveau le chant des oiseaux. Sur les plages de Tel-Aviv, dont chaque centimètre carré est normalement occupé par beau temps, plusieurs espèces d’oiseaux qu’on ne voit normalement pas en ces lieux se sont confortablement installées.

SOURCE: Groupe Israel-Suisse

Une pensée sur “L’épidémie « profite » aux animaux et à la nature en Israël

  • Avatar
    22 avril 2020 à 12 h 12 min
    Permalink

    Sauf les chats de Rue qui sont bien moins nourris en ce moment. Ils ont bien triste mine, et tellement fatigués qu’ils ne se sauvent même plus quand on les croise

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *