L’enfance juive cachée de Michel Polnareff

 

Michel Polnareff est né d’un père juif ukrainien. Pianiste et mélodiste pop, il cultive une apparence singulière. Il est le compositeur et l’interprète d’un grand nombre de succès populaires, notamment : Love Me, Please Love Me, La Poupée qui fait non, Le Bal des Laze, Tout, tout pour ma chérie, Je suis un homme, On ira tous au paradis, Lettre à France ou encore Goodbye Marylou.

Seraient-ce ses origines juives, une spécificité de son caractère ou le mélange de ces éléments qui l’ont poussé à jouer sur différents tableaux. Le plus souvent Michel Polnareff n’hésite pas une seconde à risquer de faire scandale et montrer son auguste « popotin » à tous les passants…

Passer de l’éclat de rire le plus fou à la dépression la plus totale… « Michel Polnareff est né à Nérac, le 3 juillet 1944. Juif par son père, (les papiers de celui-ci, Leid Polnareff, stipulent qu’il est un Juif russe, réfugié avec sa compagne dans le Lot-et-Garonne).

Alors Polnareff Juif ou pas ?

N’empêche ! Même demi-juif le tout bébé qu’il était alors avait dû se cacher pendant la guerre… C’est en fabriquant des faux papiers pour le père de Polnareff qu’Odile Perella, employée à la mairie de Nérac, reconnue comme « juste » et décorée à Yad Vachem, sauvera d’une mort certaine la famille Polnareff . Elle mettra ensuite plus de deux ans à faire disparaître de leurs papiers d’identité ce signe distinctif imposé par Vichy : « Je ne supportais pas de voir des étoiles jaunes sur les papiers ». En 1944, elle fera de même pour les papiers de Leid Polnareff qui deviendra Léo Poll.

S’il avait été nécessaire de trouver des preuves supplémentaires de sa judaïté il aurait suffi d’évoquer l’amour extra-ordinaire de ce fils pour sa mère pour régler le problème… Un symptôme reconnaissable entre tous ! « Mon père m’avait caché la gravité du cancer de ma mère, qui s’était généralisé. Je ne voulais pas y croire et encore moins l’accepter. (…) Je voulais croire que moi, j’avais les moyens de la sauver. J’avais loué le jet privé de Liz Taylor pour l’emmener voir les plus grands spécialistes européens ».

Bely Landerer

Bely Landerer

Avec Bely, Coolamnews vous propose un œil iconoclaste terriblement avide du monde qui l’entoure

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *