L’Egypte exhorte Israël à ne pas normaliser ses relations avec la Turquie

Dans sa perspective géopolitique, il y a un acte qu’Israël n’accomplira jamais, c’est de contrecarrer la politique égyptienne. Des sources révèlent que le Caire est inquiet et demande des éclaircissements sur les « intentions » d’Israël de lever le blocus de Gaza pour satisfaire à la demande turque avec qui l’Etat juif mène des négociations.

Le rapprochement de Jérusalem et d’Ankara pose deux problèmes majeurs à l’Egypte : la liberté d’action du Hamas, qui est une émanation des Frères musulmans que Sissi a combattus et combat avec vigueur, et son opposition idéologique au président turc islamique Recep Tayyip Erdogan qui a soutenu en 2013 Mohammed Morsi remplacé par le chef militaire Abdel Fattah al-Sisi.

« L’Egypte est un facteur-clé qui empêche qu’un accord soit atteint avec Ankara »

L’Egypte a demandé à Israël de ne pas céder à la demande de la Turquie en ce qui concerne la bande de Gaza, et la forte opposition égyptienne est un facteur-clé empêchant qu’un accord de normalisation soit atteint avec Ankara. La Turquie continue à soutenir fermement le Hamas, mais l’Egypte impose un siège à Gaza, ayant transformé sa frontière en une zone tampon.

Récemment, des diplomates égyptiens sont entrés en contact avec les ambassadeurs israéliens et des membres du ministère des Affaires étrangères pour essayer de clarifier les rapports de la Turquie selon lesquels Israël envisage de lever son blocus de Gaza qui est destiné à bloquer l’afflux d’armes aux terroristes.

Le Premier ministre Binyamin Netanyahou craint que tout compromis qu’il pourrait apporter à la Turquie au sujet de l’enclave de Gaza nuise aux relations d’Israël avec l’Egypte. Pour éviter le différend, Netanyahou a essayé de servir de médiateur entre l’Egypte et la Turquie afin de réduire les tensions entre les Etats rivaux et permettre à la Turquie d’être plus impliquée dans la bande de Gaza, mais les tentatives ont échoué.

« La Turquie a besoin des armes et du gaz israéliens »

Mais des sources de la défense turque ont révélé le mois dernier que la Turquie est principalement intéressée par un rapprochement afin d’acheter du matériel de l’armée israélienne : Ankara veut acheter les drones israéliens les plus avancés ainsi que des systèmes de reconnaissance et de surveillance pour ses avions de chasse.

La Turquie est à présent doublement intéressée par un accord avec Israël : la récente rupture des relations commerciales avec la Russie qui la coupe d’un approvisionnement de gaz et l’oblige à se tourner vers d’autres partenaires, et l’achat d’armes sophistiquées comme nous l’avions déjà mentionné.

Israël est tout autant intéressé par ces deux éléments, mais la sécurité de l’accord de paix signé en 1978 avec l’Egypte est une priorité qui conviendra de la prochaine décision d’Israël. Netanyahou va-t-il réussir à contourner la difficulté, c’est-à-dire vendre du gaz aux Turcs sans renoncer au blocus sur Gaza ? Non ! Les experts stratégiques sont formels, l’obstacle est trop important pour être esquivé par de mauvaises pirouettes diplomatiques.

7 pensées sur “L’Egypte exhorte Israël à ne pas normaliser ses relations avec la Turquie

  • Avatar
    8 janvier 2016 à 10 h 01 min
    Permalink

    Surtout pas d’accord avec ce terroriste djihadiste Erdogan au sujet de Gaza, au contraire il faut renforcer le blocus après avoir entendu le dernier discours de Hanié.

    Il faut absolument garder de bonnes relations avec le Président Al Sissi.

    Répondre
  • Avatar
    8 janvier 2016 à 10 h 03 min
    Permalink

    Surtout garder de trés bonnes relations avec le Président Al Sissi, Erdogan est notre ennemi.

    Répondre
  • Avatar
    8 janvier 2016 à 12 h 14 min
    Permalink

    C est l’egypte qui donnea l international la voie a suivre au regime Netani.yaou.

    Répondre
  • Avatar
    9 janvier 2016 à 18 h 50 min
    Permalink

    L’egypt qui dict a netani.ayou quoi faire.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *