Léa Tov, « Roula », et fière de l’être…en Israël

Shalom, je m’appelle Léa Tov, mais mon nom de famille est Taïeb. Je vis en Israël à Ashdod depuis bientôt 5 ans avec mon mari et mes 5 enfants. Je suis ce qu’on appelle une sioniste pure et dure : j’ai un amour débordant pour ce pays ! On m’a déjà surnommé Léa les bons tuyaux ! Sûrement parce que j’adore mettre les gens en relation ensemble, les uns les autres pour que chacun puisse s’aider et se donner des bon plans.

D’ailleurs, quelques mois après mon installation en Israël,  j’avais instauré le petit déjeuner des Roulottes. Plusieurs femmes se réunissaient autour d’un café- croissants et chacune donnait ses idées et racontait son expérience de l’Alya. Cela a aidé beaucoup de celles qui arrivaient, qui se sentaient seules ou un peu perdues dans un nouveau pays.

Ma vie a complètement changé par rapport à celle que nous vivions en France. Déjà pendant 15 ans, j’ai élevé mes enfants, je ne travaillais donc pas. A notre arrivée en Israël, je n’ai pas eu le choix il a fallu relever les manches, comme tout le monde. Mon mari aussi, lui qui tenait deux boucheries à Paris, a  dû démarrer au bas de l’échelle. Il a travaillé dans des grandes surfaces au rayon boucherie. Ce n’est qu’après plusieurs années qu’il a réussi enfin à ouvrir son restaurant de grillades.

Mais j’ai accepté les règles du jeu : ici en eretz, on doit intégrer que la vie ne soit pas la même que celle qu’on a vécue ailleurs. J’étais tout de même très heureuse de pouvoir me mêler à la vie israélienne, même si j’étais payée 25 shekels de l’heure. J’ai fait un peu de tout : vendeuse de robes de soirées, directrice de Spa, puis responsable d’une application pour les francophones ASHDOD en poche.

Petit à petit, j’ai commencé à faire des vidéos sur les bons trucs que se partageaient les Français, je voulais mettre en valeur ces olim de France qui arrivaient à rebondir en changeant de voie du tout au tout. J’ai ensuite créé le groupe facebook “ je suis une roula car…” en un mois 10 000 personnes nous suivaient  et aujourd’hui, ce sont près de 14 000 personnes !

L’idée du journal “Roula” est tout naturellement venu. Avec 10 000 magazines distribués et 30 000 vues en ligne, c’est LE magazine de la French Alya : glamour, branché, où tous les sujets sont traités : de la culture en passant par la beauté, les portraits des Olim, des sujets plus légers et d’autres plus sérieux. Bref, il plaît et il aide de nombreuses personnes.

Comme je suis quelqu’un qui s’investit à 100%, je n’ai pas peur de dire que ce magazine, c’est mon bébé ! J’essaie de mettre en avant dans les articles avec les journalistes, une vision nouvelle de l’Alya française. Mon but c’est d’inciter les gens à venir vivre ici, à sauter le pas. En vivant en Israël, on ne peut pas prendre que la moitié et mettre le reste de côté.  Comme en ce qui concerne l’armée. On entend souvent “ je veux venir en Israël mais je ne veux pas que mon fils fasse l’armée”.

C’est culturel, chez nous les Français cette idée a du mal à passer. Pourtant je suis POUR ! Bien sûr ce n’est pas simple de les savoir à l’armée, mais je sens mes enfants plus en sécurité en Israël qu’en France. Ma fille vient de commencer l’armée et je suis fière. Mon fils a terminé, il a même été Kravi et il est maintenant réserviste. L’armée l’a transformé, tout lui parait simple à présent. Quelle expérience pour lui !

Aujourd’hui, il poursuit ses études, avec une bourse qu’il a obtenue en échange d’aide aux personnes âgées ( rescapés de la Shoah ) ou d’enfants en difficultés. En Israël, les jeunes sont responsables très tôt. Tous ont des petits jobs pour payer leurs études. Je les admire, c’est eux qui font bouger le pays et lui donnent ce dynamisme !

Il ne faut pas avoir peur. Je voudrais dire aux Français : venez, la vie est si belle en Israël quand on ne regarde qu’avec un regard positif  ! Parce qu’il y a de quoi ! Ce pays, c’est « the place to be », d’ailleurs de nombreux spectacles français se jouent désormais en Israël, comme par exemple le Prénom.

Les artistes juifs de France ont tout compris !

AM ISRAEL HAI

Léa Tov

2 pensées sur “Léa Tov, « Roula », et fière de l’être…en Israël

  • Avatar
    30 janvier 2017 à 20 h 45 min
    Permalink

    Bravo madame. Bon courage. Nous partageons votre fierte.

    Répondre
  • Avatar
    31 janvier 2017 à 0 h 19 min
    Permalink

    Ce serait si vous mettiez le lieu du journal en ligne. Je ne l’ai pas trouvé !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *