Le traitement israélien à l’oxygène efficace contre la dépression

Selon l’étude, respirer de l’air avec de l’oxygène ajouté pendant la nuit pendant environ un mois semble améliorer considérablement les symptômes dépressifs.

Les patients en dépression ont reçu un traitement à l’air enrichi en oxygène pendant un mois. Ils ont vu leurs symptômes s’améliorer. Ce sont les conclusions d’une nouvelle étude de validation de principe menée par des chercheurs de l’Université Ben Gourion du Néguev. Leurs découvertes ont été publiées récemment dans Scientific Reports. .

Cinquante-cinq patients ont été divisés en deux groupes. Le premier a été traité avec de l’air enrichi en oxygène à 35 %. L’autre avec de l’air ordinaire (21 % d’oxygène). Une expérience réalisée pendant sept à huit heures par nuit pendant un mois.

Selon l’étude, respirer de l’air avec de l’oxygène ajouté pendant la nuit pendant environ un mois semble améliorer considérablement les symptômes dépressifs. En effet, après le traitement, les symptômes dépressifs dans le groupe oxygène enrichi ont été réduits sur plusieurs échelles de mesure.

Des résultats prometteurs contre la dépression

« En tant que preuve de concept, nos résultats sont prometteurs. Clairement, l’augmentation de la fraction d’oxygène dans l’air inhalé réduit les symptômes de la dépression » a déclaré le chercheur principal Abed N. Azab , pharmacologue au département des sciences infirmières de l’université.

Il a noté que le traitement a été administré en toute sécurité et dans des conditions atmosphériques normales, pas dans une chambre hyperbare. Il n’a pas causé d’effets indésirables.

«Cependant, il y a bien sûr beaucoup plus à découvrir. Des traitements plus longs seraient-ils encore plus bénéfiques ? Enfin, des concentrations d’oxygène plus élevées amélioreraient-elles mieux les symptômes ou non ? » ajouta Azab.

Il a appelé à de nouvelles études pour répondre à ces questions. Ainsi, il s’agit de voir si le traitement serait également efficace sur les patients hospitalisés souffrant de dépression sévère.

L’étude a été financée par un prix de chercheur indépendant de l’Alliance nationale pour la recherche sur la schizophrénie et la dépression remporté par le professeur Yuly Bersudesky. Les autres chercheurs de l’étude étaient Yehudit Bloch, le professeur RH Belmaker, le professeur Pesach Shvartzman, feu Pnina Romem et Arkady Bolotin.

David Sebban

Fondateur et Rédacteur en chef de Coolamnews. Journaliste TV et Radio, formateur et enseignant en communication, David est spécialisé dans l'actualité proche-orientale en général et israélienne en particulier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.