Le « suicide » programmé du procureur Nisman provoque la colère

Des milliers d’Argentins en colère sont descendus dans les rues de Buenos Aires pour protester contre les circonstances de la mort du procureur Alberto Nisman. Il a été retrouvé dans son appartement dimanche matin, sans vie. Nisman était sur le point de révéler des informations concernant l’accablante collusion entre le gouvernement argentin et l’Iran pour dissimuler le rôle de l’Iran dans le bombardement du centre communautaire juif en 1994, qui a tué 85 personnes.

Les manifestants portaient des pancartes qui disaient « Je suis Nisman », empruntant un thème du « Je suis Charlie » et « Je suis Juif » des manifestations qui ont suivi les attentats terroristes récents en France. La police locale Argentine a publié un rapport mardi matin selon lequel il s’est avéré que Nisman ne détenait pas d’arme à feu dans sa maison, et le pistolet qui a été trouvé dans son appartement n’était pas le sien. Une autopsie a révélé qu’il était mort d’une balle dans la tête tirée par un pistolet de calibre 22. La police recherche des résidus de poudre sur ses mains, ce qui pourrait conclure au suicide, s’il y en avait. Son corps a été retrouvé dans la salle de bain.

nisman

Aucune lettre de suicide n’a été retrouvée dans l’appartement de Nisman. Depuis dix ans, Nisman enquêtait sur l’implication présumée de hauts fonctionnaires en Argentine, y compris l’actuelle présidente Christina Kirshner et le ministre des Affaires étrangères, Hector Zimmerman. Ses soupçons portaient sur une dissimulation de l’implication iranienne dans l’attentat contre l’AMIA.

Nisman a déclaré il y a quelques jours qu’il possédait des preuves solides que l’Argentine et l’Iran avaient conclu une entente selon laquelle l’Iran fournirait du pétrole à l’Argentine en échange de blé. Suite à cette déclaration, il avait été convoqué pour témoigner au Parlement, et de nombreux membres de l’opposition croient que ce témoignage aurait provoqué la chute du gouvernement Kirshner.

alberto nismanLe procureur Alberto Nisman

La police gardait l’immeuble de luxe où Nisman vivait. « Tous les signes indiquent qu’il s’est suicidé, » a déclaré le secrétaire de la Sécurité publique, Sergio Berni lundi. Le procureur fédéral Viviana Fein a déclaré pour sa part que Nisman était décédé « d’une blessure par balle à la tempe, mais, d’après les premiers éléments de l’enquête, il n’avait aucune raison objective de rechercher la mort. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *