Le sud d’Israël c’est le soleil, mais pas que… malheureusement.

 

Quand on vous dit « le sud » vous pensez soleil, chaleur, plage, voyage. Surtout en cette période estival, la connotation ne peut être que positive. Et pourtant là-bas le soleil ne brille pas pour tous.

En Israël le sud se développe à vitesse grand V. On y déplace les bases de Tsahal, on y construit immeubles et villas. Les chinois vous nous y installer le train et on nous promet même une ligne Ashdod-Eilat! Alors, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes? Oui… et non.

Pour nous y rendre périodiquement, nous sommes à chaque fois remplis d’une fierté patriotique en y découvrant les bons changements qui s’y produisent. Mais nos visites dans le sud n’ont rien à voir avec les vacances ni avec les nouvelles constructions et infrastructures. A chacun de nos déplacements nous rendons visite à deux ou trois écoles de ces villes trop longtemps ignorées. Nous y rencontrons un des vrais et douloureux visages de notre cher pays.

Après Afoula dans le nord et Ofakim dans le sud, nos pas nous ont menés à Dimona. Surpris en bien par certains changements mais aussi tristement étonnés par des situations figées dans le temps, nous avons rencontré des directeurs d’écoles, des élèves, des instituteurs. Leur dévouement, leur moral solide, leur sourire nous ont frappés.

Presque seul au monde

Et pourtant. Une situation, parmi de (trop) nombreuses autres nous a littéralement bouleversés: le cas d’un jeune homme de 17 ans souffrant de troubles psychologiques et physiques vivant chez la seule personne au monde qui reste de sa famille, sa grand-mère affaiblie, âgée de 84 ans…

L’association Haï Bahem est en contact tout au long de l’année avec ces directeurs et directrices d’écoles et certains membres des mairies. Une collaboration s’y est naturellement installée. Le besoin important nous a aspirés dans un tourbillon de ‘Hessed et d’amitié, d’aide et de soutien.

L’association y est présente chaque jour par des gouters offerts à la récré, des paires de lunettes de vue, des chaussures, des vêtements et chaque été par une distribution de cartables pleins pour la rentrée.

Croyez nous, ils ont besoin de nous. Ils ont besoin de vous.

Le prochain projet en leur faveur, en leur honneur, sera la distribution de 1700 cartables. Offrez le leur! Pour 90 NIS / 18 Euros vous ferez un heureux. (Les dons à l’association Haï Bahem sont reconnus par les impôts en France et en Israël).

www.haibahem.org (paypal)

Visitez et likez la page Facebook de Haï Bahem

David Sebban

David Sebban

Fondateur et Rédacteur en chef de Coolamnews. Journaliste TV et Radio, formateur et enseignant en communication, David est spécialisé dans l'actualité proche-orientale en général et israélienne en particulier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *