Le soutien israélien pour « une solution à deux Etats » chute radicalement

Un sondage révèle une baisse de 10% d’Israéliens qui appuient la division du pays, la majorité s’oppose à l’évacuation des Juifs. 56% des Palestiniens pensent qu’ils vont être expulsés. Seulement 51% des Israéliens – contre 61% l’an dernier – soutiennent la « solution à deux Etats » par laquelle le cœur biblique de la Judée et de la Samarie serait transformé en un Etat arabe, selon un nouveau sondage réalisé début de juin. Le sondage a été réalisé conjointement par l’Institut de recherche Harry S. Truman pour la promotion de la paix à l’Université hébraïque de Jérusalem, en collaboration avec le Centre palestinien pour la politique et la recherche par sondage (PSR) à Ramallah.

Comme pour l’évacuation des villes juives, 38% des Israéliens soutiennent le démantèlement de la plupart des communautés en Judée-Samarie dans le cadre d’un accord de paix, mais une large majorité de 54% s’oppose à une telle démarche. Durant la dernière année, le soutien pour la « solution à deux Etats » a baissé de façon spectaculaire, non seulement parmi les Israéliens, mais aussi parmi les Arabes palestiniens de Judée, de Samarie et de Gaza. Parmi les Arabes palestiniens, le soutien était également à 51% pour la « solution à deux Etats », après avoir été à 54% l’été dernier.

L’enquête montre que les deux parties continuent à afficher les intentions de l’autre comme une menace existentielle, avec 56% des Arabes palestiniens disant qu’Israël prévoit d’annexer la Judée, la Samarie et de la bande de Gaza et d’expulser les résidents arabes, tandis que 25% disent qu’Israël prévoit d’annexer la Judée et la Samarie. Du côté israélien, 43% pensent que les Arabes palestiniens envisagent de conquérir Israël et de détruire une grande partie de la population juive, et 18% pensent que leur but est seulement de conquérir Israël. 802 Israéliens ont été interviewés en hébreu, en arabe ou en russe. Pas moins de 1.200 Arabes palestiniens ont été interrogés en Judée-Samarie, Jérusalem-Est et dans la bande de Gaza dans le cadre du scrutin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *