Le président de l’UEJF clashe Macron sur Pétain : “Cette tentative de réhabilitation est une insulte à la Mémoire des juifs assassinés”

Le président de l’Union des étudiants juifs de France (UEJF), Sacha Ghozlan, a fustigé mercredi l’hommage rendu par le président Macron à l’antijuif Philippe Pétain.

“Philippe Pétain a été condamné à l’indignité nationale pour haute trahison et pour intelligence avec l’ennemi par la Haute cour de la République. Il est celui qui a instauré un antisémitisme d’Etat en France et qui est responsable de la rafle du Vel d’Hiv. Cette tentative de réhabilitation d’individus qui ont inspiré ou organisé l’exclusion, la rafle et la déportation des juifs de France est une insulte à la Mémoire des juifs assassinés et aux héros de 14-18 qui se sont opposés à l’antisémitisme d’Etat de Vichy et de Pétain”, a-t-il dénoncé sur sa page Facebook.

“Je repense à la lettre écrite par Lucien Vidal Naquet, avocat et résistant qui écrivait à Pétain au moment où les lois scélérates du régime de Vichy s’abattaient sur lui : « je ressens en tant que français l’insulte qui m’est faite comme juif ». A la mémoire de ces engagés juifs volontaires, ces juifs étrangers que nous commémorons chaque année et qui se sont engagés pour la France en 14-18 et qui les a trahi et qui sont morts en déportation comme Lucien Vidal Naquet. Il y a quelques mois déjà, le ministère de la culture avait souhaité rendre hommage à Charles Maurras, tandis que le Premier Ministre prenait position en faveur d’une reedition des textes antisémites de Louis Ferdinand Céline, avant que ces deux projets ne soient finalement abandonnés. Comment est-il possible d’agiter la crainte d’un retour aux années 30 avec la montée des nationalismes en Europe, tout en rendant hommage à celui qui a livré la France aux nazis ? Pourquoi faire mine de s’étonner d’une fascination morbide pour le nazisme dans certaines facultés de médecine, d’une hystérisation du débat public autour des questions identitaires et mémorielles ? Cette polémique de plus jette le discrédit sur le travail des historiens en mettant sur le même plan l’action de Pétain pendant les deux guerres. Les mots ont un sens.”, a-t-il ajouté.Lire la suite sur lemondejuif.info