Le Premier ministre australien ne compte pas durcir sa politique envers les émigrés

Les groupes des droits de l’homme australien et certains hommes politiques ont appelé le Premier ministre, Tony Abbott, à ne pas utiliser l’attentat mortel de Sydney comme un prétexte pour sévir contre les réfugiés, alors que les Australiens s’interrogent sur le droit d’asile politique et les prestations sociales en Australie.

La police a tué le terroriste d’origine iranienne, Man Haron Monis, quand ils ont pris d’assaut un café tôt le mardi matin pour libérer les otages qu’il avait tenus en joue pendant 16 heures. La police enquête pour savoir si les deux otages qui sont également morts ont été tués par le terroriste ou ont été touchés durant les tirs croisés. Monis, qui a reçu l’asile politique en 2001, avait été libéré sous caution après avoir été accusé l’an dernier de préparer des assassinats. Il a été plus récemment accusé d’une dizaine de chefs d’accusation pour agression sexuelle et indécence sur la voie publique.

Pourtant, Abbott a refusé de statuer sur des lois plus sévères en matière d’immigration en réponse à l’attaque du café lorsqu’un journaliste lui a demandé pourquoi Monis avait reçu le bien-être social.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *