Le plan Madagascar des nazis pour relocaliser les juifs

Le Plan Madagascar a été un dispositif envisagé par le gouvernement nazi de l’Allemagne en pleine guerre. Il consistait à relocaliser la population juive d’Europe dans l’île de Madagascar.

L’idée, avancée par Franz Rademacher, chef du Département Juif du Ministère des affaires étrangères, était la cession de Madagascar, alors colonie française, à l’Allemagne dans le cadre de la capitulation de la France. Le projet fut approuvé par Hitler. Il ordonna, le 15 Août 1940, à Adolf Eichmann de lancer le déplacement d’un million de Juifs par an pendant quatre ans à Madagascar. L’île devenant un Etat policier relevant de la SS. Le projet fut finalement remisé quand les Nazis optèrent pour le génocide systématique de la population juive.

L’Histoire regorge de ‘et si…?’. Écrivains comme historiens se plaisent à imaginer ce qui se serait passé si un unique événement avait pris une autre tournure. Exemples : et si les puissances de l’Axe avaient gagné la 2ème guerre mondiale (comme l’a imaginé le romancier américain Philip K. Dick) ? Et si Napoléon avait réussi à envahir la Russie en 1811 ? Et si le Président des Etats-Unis John F. Kennedy avait survécu à son assassinat en 1963 ?

Une des raisons de l’abandon du Plan Madagascar

L’Allemand Magnus Brechtken, professeur associé à l’Université de Nottingham spécialiste de cet aspect de la 2ème guerre mondiale, détaille  les éléments du Plan Madagascar.

Une des raisons de l’abandon du Plan Madagascar a été l’échec de l’Allemagne à vaincre la Grande-Bretagne et à prendre le contrôle de sa marine. C’était en effet,condition nécessaire pour mettre en œuvre la logistique de la déportation. Hitler a continué à considérer le projet jusqu’en 1942, quand les forces britanniques ont fini par arracher le contrôle de Madagascar à la France de Vichy. Un événement qui a définitivement enterré le plan.

Le blog malgache My Asa Mada a récupéré une collection d’archives historiques racontant les batailles entre forces britanniques et du régime de Vichy à Madagascar en 1942.

Au lendemain du Jour de Mémoire de la Shoah au Royaume-Uni (le 27 janvier), les Malgaches sont allés méditer sur le Web sur les implications de la question: “Et si le Plan Madagascar avait été adopté ?”

Tomavana, un blogueur installé à Genève, en Suisse, a écrit que cette histoire alternative comporte de trop nombreuses variables pour faire une projection pertinente.

Bien que l’idée 1) d’épargner plusieurs milliers de vies me soit séduisante, j’avoue manquer d’imagination pour imaginer un monde meilleur avec seulement des “si”. Jour après jour, mon action est plutôt dictée par le désir de léguer à nos descendants un monde moins pire que celui que nous avons reçu de nos parents. Inutile de dire que ce n’est pas aussi aisé.

Madagascar au centre de nombreuses décisions pendant la Shoah

Quant à Madagascar, la période coloniale avait laissé trop de plaies. Certaines restaient béantes encore longtemps après la libération. Un pays réagit, après tout, à la différence de la même manière qu’un individu. On ne peut accepter l’autre que si on est en paix avec soi-même. Quoi qu’il en soit, le Plan Madagascar avait les mêmes racines néfastes que les ghettos et la Solution Finale : une pyramide raciale glorifiant la race aryenne, dans laquelle les Africains, dont les Malgaches, et les Tziganes n’étaient même pas considérés comme des humains.

On ne saura jamais ce qui serait arrivé si l’Allemagne avait appliqué le Plan Madagascar. Ce que l’on peut dire, c’est que Madagascar fut au centre de nombreuses décisions pendant la 2ème guerre mondiale, sans que le sort de sa population y ait été généralement pris en compte.

SOURCE: 

Une pensée sur “Le plan Madagascar des nazis pour relocaliser les juifs

  • Avatar
    18 octobre 2018 à 14 h 29 min
    Permalink

    pour endormir les juifs avec des promesses bidons.
    si les allemands avaient laissé les juifs y aller, ils se seraient débrouillés seuls pour y etre.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *