Le PDG de Teva démissionne avec fracas

La plus grosse entreprise israélienne, Teva Pharmaceutical Industries, a annoncé lundi la démission avec effet immédiat de son directeur général Erez Vigodman. La série noire continue pour le numéro un mondial des génériques.

Ce nouveau remaniement à la tête du leader mondial des médicaments génériques a été sanctionné par un recul de plus de 2% du titre coté à New York dans les transactions après la clôture. Teva est globalement malmené en Bourse depuis plus d’un an et demi. L’action, qui a atteint les 72 dollars fin juillet 2015, ne valait plus que 34,35 dollars mardi soir à la clôture à Wall Street, indique Reuters.

Un tribunal américain a ainsi déclaré la semaine dernière invalides des brevets sur son principal traitement breveté, le Copaxone, destiné à lutter contre la sclérose en plaques. Le laboratoire a aussi été critiqué pour le prix jugé trop élevé, 40,5 milliards de dollars (37,68 milliards d’euros), déboursé pour acquérir les médicaments génériques d’Actavis. Teva fait en outre l’objet d’une enquête aux Etats-Unis pour entente illégale sur les prix des génériques.

Teva a par ailleurs été condamné à très lourdes amendes (plusieurs centaines de millions de dollars) pour corruption de hauts fonctionnaires dans différents pays dans le but de retarder l’introduction d’un nouveau générique d’une autre société sur le marché.

« L’avenir de Teva va affecter des millions d’Israéliens qui ont investi leurs économies dans cette firme, la plus grosse à la la bourse de Tel Aviv, avec 130 milliards de shekels, soit plus de 25 milliards d’euros, et également le principal exportateur israélien » souligne le quotidien Haaretz.

Une pensée sur “Le PDG de Teva démissionne avec fracas

  • Avatar
    12 février 2017 à 7 h 06 min
    Permalink

    Je continuerai à demander du Teva en priorité à ma pharmacie.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *