Le parti nazi grec, Aube dorée, se retrouve face à ses juges

Le procès de la direction des dizaines de membres du parti d’extrême droite Aube dorée en Grèce a repris, accusés de former une organisation criminelle qui a mené une campagne de coups et blessures au couteau contre des émigrants et des opposants de gauche. L’affaire judiciaire menée contre 69 personnes, dont le chef du parti Nikos Michaloliakos et des députés, se fait sous haute sécurité dans une salle d’audience spéciale de la plus grande prison de la Grèce, Korydallos. La séance de jeudi était le deuxième jour du procès, qui a été reporté après son ouverture initiale le mois dernier pour des raisons de procédure. Michaloliakos, qui est en résidence surveillée après avoir purgé les peines maximales de 18 mois en détention provisoire, n’était pas présent. Au tribunal il a été de nouveau largement question de procédure. Des centaines de manifestants anti-Aube dorée se sont rassemblés devant la prison.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *