Le Parlement britannique s’intéresse à la discrimination arabe contre Israël

Une récente ordonnance de la Maison Blanche interdisant temporairement l’entrée aux États-Unis de ressortissants de sept pays musulmans a attiré l’attention sur les pratiques discriminatoires de ces mêmes nations contre les détenteurs de passeports israéliens, la question étant discutée au Parlement britannique à propos de deux citoyens britanniques-israéliens.

Lors d’une session du Parlement britannique lundi, Boris Johnson a été interrogé sur le traitement des Israéliens par ces pays.

La réponse de Johnson a souligné que le Royaume-Uni était « conscient » que certains pays interdisaient injustement les Israéliens d’y entrer. « Je pense qu’il est juste que la Chambre des communes soit consciente de cette discrimination, de cette interdiction qui existe déjà », a déclaré M. Johnson.

« Et, en passant, il faut également réfléchir sur le fait que toutes les politiques d’immigration, toutes les politiques de visa, sont par nature même discriminatoires, comme entre les individus et même entre les nations », a-t-il déclaré.

Une image qui est devenue virale sur les médias sociaux montre que pas moins de 16 pays à travers le monde interdisent l’entrée aux détenteurs de passeports israéliens sur leur territoire.

Six des sept pays inclus dans l’ordonnance exécutive font partie du groupe. L’image comprend les drapeaux de l’Algérie, du Bangladesh, du Brunei, de l’Iran, de l’Irak, du Koweït, du Liban, de la Libye, de la Malaisie, de l’Oman, du Pakistan, de l’Arabie Saoudite, du Soudan, de la Syrie et du Yémen.

Israël n’a pas d’interdiction générale sur l’entrée des citoyens de pays particuliers, mais exige des visas pour les citoyens des pays avec lesquels il est officiellement en état de guerre ou avec lesquels il n’a pas de relations diplomatiques.

Dans certains cas, y compris tous les pays interdisant l’entrée aux Israéliens et aux pays mentionnés dans l’ordre exécutif du président américain Donald Trump, un visa spécial délivré par le ministère des Affaires étrangères est requis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *