Le nom d’une vipère à l’origine d’une polémique israélo-palestinienne.

 

Ramallah entend porter plainte devant la 14ème conférence des Nations-Unies sur la biodiversité après qu’un long reptile a été proclamé « serpent national » lors d’une consultation menée en Israël.

Israël a fait de la vipère de Palestine, qu’elle appelle en hébreu «serpent des terres d’Israël» ou «vipère commune», son serpent national. Le reptile a été désigné à l’issue d’un vote en ligne organisé par l’autorité des parcs et de la nature. Le long serpent à la morsure mortelle a devancé le Demansia vestigiata qui partait pourtant de l’avis des spécialistes favori. Lors d’une précédente consultation, le héron avait été désigné oiseau national et, l’an dernier, un obscur scorpion local avait remporté une compétition entre arachnides. Ce petit jeu n’a en tous cas pas échappé à la vigilance des voisins palestiniens, qui y voient une manœuvre pour s’approprier sa faune. L’Autorité palestinienne a décidé de monter au créneau et de donner une dimension internationale à l’affaire.Lire la suite sur israelvalley.com