Le monde musulman ne croit plus dans la comédie palestinienne©

Le monde arabo-musulman ne croit plus dans la comédie palestinienne

Le 27 juillet 2017, l’Esplanade des Mosquées (Mont du Temple pour les juifs) a été le théâtre de nouvelles violences entre palestiniens et forces de l’ordre israéliennes, en dépit des avertissements lancés la veille, par le Chef de la Police de Jérusalem, Yoram Halevi : « personne ne doit nous provoquer à l’avenir. Le calme reviendra si les fidèles musulmans s’en tiennent aux instructions de leurs leaders ». En réalité, les palestiniens ne supportent pas, les décisions souveraines de l’Etat juif sur le site considéré (comme le troisième lieu Saint de l’Islam). Désormais, ils découvrent qu’au sein du monde arabo-musulman, personne ne croit dans leur comédie meurtrière.

Le 25 juillet 2017, les autorités israéliennes ont décidé de retirer les portiques de sécurité, installés à l’entrée de l’Esplanade des Mosquées, la suite de l’attaque lancées contre des soldats israéliens d’origine druze. Il s’agissait pourtant des mesures de sécurité électroniques utilisées sur l’ensemble des sites religieux dans le monde : Mecque, Vatican, Mur des Lamentations. Or, et au lieu de se réjouir, les palestiniens vocifèrent contre les leaders musulmans qui se désintéressent du rôle de gardiens du site, qu’ils se sont arrogés.

Un enseignant palestinien (auteur d’actes terroristes en Israël où il a purgé une peine de 20 ans d’emprisonnement) s’est emporté : « al-Aqsa est en danger et a besoin du soutien des Arabes et des musulmans, populairement et officiellement. Ce n’est pas normal de voir les habitants de la ville d’al-Quds laissés seuls face à l’occupation, seuls sans aucun soutien. ». Aussi, demande-t-il aux responsables arabes de cesser toute relation (secrète) avec l’entité sioniste, de stopper la normalisation des relations politiques, économiques et sécuritaires, de chasser les sionistes et de fermer leurs représentations, en donnant aux peuples la liberté de s’exprimer (sic).

Un autre enseignant a évoqué qu’à l’époque des croisades, l’appel à la prière a été interdit pendant plus de 90 ans mais que les fidèles musulmans sont parvenus à s’unir, à chasser les croisés et à libérer les minarets : « Ne laissez pas les habitants de la ville d’al-Quds tous seuls, avant qu’il ne soit pas trop tard. Soutenez al-Aqsa et al-Quods, avant que les occupants viennent atteindre vos châteaux. »
Un juge palestinien a reproché aux arabes et aux musulmans leur silence : «  vous devez réagir avant que la colère de Allah ne vous tombe dessus. Est-ce normal que vous restiez sans réaction face aux jeunes Palestiniens arrêtés et internés dans les prisons de l’occupation sioniste ? ».

De même, un mufti palestinien s’est insurgé contre les mesures israéliennes qui tirent profit du silence arabe, islamique et international : « Mon appréhension la plus forte est de voir les sionistes diviser la sainte mosquée d’al-Aqsa et ses places, spatialement et temporellement, et de faire de ses cours un temple ! J’appelle alors les Arabes, les musulmans, les hommes libres du monde entier à soutenir la mosquée d’Al-Aqsa et à la protéger de la judaïsation et de toute menace ».

 

Lire la suite sur JForum