Le moment de vérité pour Netanyahou et la coalition

Le Premier ministre entreprend une journée de réunions avec les principaux chefs des partis de sa coalition: Yaïr Lapid, qui a déjà fait savoir qu’il suffisait au Premier ministre d’accepter le budget 2015, avec Naftali Bennett, qui n’accepte pas, dit-on, une version édulcorée de la loi sur la Nation juive, et avec Tzipi Livni qui se rangera du côté des plus forts.

Benjamin Netanyahou sait qu’il entame une journée difficile. Le but de ces réunions avec les dirigeants des partis de la coalition, alors que son gouvernement semble sur le point de s’écrouler à cause des divisions idéologiques graves qui ont apparu lors de la présentation du budget ou du projet de loi sur la nationalité, le but donc, c’est de retrouver un semblant de stabilité. Des sources proches du Premier ministre ont déclaré qu’il avait l’intention « de faire une dernière tentative pour voir si des accords pouvaient être conclus. Ces accords devraient permettre au gouvernement de gérer l’Etat correctement.  »

gouvernement

Les pourparlers que Netanyahou initie afin de rencontrer le ministre des Finances Yair Lapid, qui dirige le deuxième parti du pays, Yesh Atid, la ministre de la Justice Tzipi Livni de Hatnua et le ministre de l’Economie Naftali Bennett de Bayit Yehudi, doivent éviter une spirale descendante qui conduirait à de nouvelles élections. Selon certaines sources, le Premier ministre a rencontré dimanche le ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman. Le chef d’Israël Beitenu est un ancien allié, même s’il a récemment pris à parti le Likoud de Netanyahou en présentant son propre plan pour mettre fin au conflit israélo-arabe, c’est cet ancien allié qui a fortement conseillé au Premier ministre d’entreprendre ces consultations.

lieberman

La crise actuelle de la coalition est l’accumulation de vives critiques publiques du Premier ministre, et de disparités sur le budget de l’Etat, les relations diplomatiques d’Israël, le sentiment de sécurité des citoyens, la crise du logement, et le caractère juif de l »Etat. Des sources dans le camp de Netanyahou ont affirmé que le Premier ministre « n’est pas disposé à permettre la poursuite de cette situation, dans laquelle les ministres attaquent le gouvernement, se conduisant comme s’ils étaient membres de l’opposition. »

ishai

Les propositions, marquées par l’opposition de ses adversaires ont mis malencontreusement en exergue un spectre politique dommageable et raciste, qui a conduit Lapid et Livni à déclarer au début de la semaine dernière que leurs partis ne pourraient pas appuyer les projets de lois approuvés par le cabinet. Pendant ce temps, Netanyahou a courtisé les partis ultra-orthodoxes, qui n’ont fait aucun secret de leur désir de retourner au gouvernement après deux ans d’opposition. Comme Lapid et Livni appellent pour l’instant la coalition à continuer, ne voulant pas être surpris par des conduites capricieuses, Netanyahou a cherché l’assurance que les partis religieux le soutiendraient.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *