Le meurtre d’une jeune turque va-t-il faire vasciller Erdogan?

Comme 300 femmes l’an dernier en Turquie, selon les organisations de défense des droits des femmes, Özgecan Aslan, une étudiante de 20 ans, a été tuée mercredi dernier, après avoir été violée puis brûlée à Mersin dans le sud du pays. Un crime qui a provoqué un tollé dans ce pays dirigé par le président islamo-conservateur turc Recep Tayyip Erdogan, où les ONG ont plusieurs fois alerté de la dégradation de la condition féminine depuis son accession à la présidence en août dernier. Des manifestations ont eu lieu samedi en marge de ses funérailles dans cette ville méditerranéenne, mais aussi dans la capitale turque, Ankara, et la plus grande ville du pays, Istanbul. Le mot d’ordre était le suivant : «Assez! Nous allons faire cesser les meurtres de femmes!».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *