Le Japon demande à l’ONU la reconnaissance de son « Schindler japonais »

Le Japon cherche à ce que le monde reconnaisse Chiune Sugihara largement appelé le « Schindler japonais » et demande à l’ONU qu’il soit également reconnu par l’Institution pour ses actions héroïques durant la Seconde Guerre mondiale, alors qu’il a sauvé près de 6 000 Juifs du régime nazi génocidaire.

De son poste de consul du Japon en Lituanie pendant la guerre, Sugihara a défié les ordres de ses supérieurs et a donné, entre autres, 2 139 visas aux Juifs fuyant une mort certaine dans l’Holocauste.

Cette semaine, le gouvernement japonais a choisi plusieurs documents prouvant ses actions – comme un visa original que Sugihara a émis personnellement et ses communications avec ses supérieurs dans sa demande de le voir ajouté à la Mémoire du Registre mondial de l’UNESCO. Le Comité national du Japon, l’organe qui travaille avec l’ONU, va soumettre sa demande en mars prochain pour obtenir les reconnaissances officielles. Sugihara, qui a été reconnu par le Musée de l’Holocauste Yad Vashem en tant que Juste parmi les nations, a de façon désintéressée sacrifié sa propre carrière en décidant d’inverser les protocoles et de donner des visas aux Juifs qui voulaient fuir les nazis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *