Le Hamas dicte ses conditions

Selon un officiel du Hamas dont le nom n’a pas été publié, si Israël ne remet pas en liberté 80 détenus qui avaient été libérés lors de la transaction Shalit puis de nouveau emprisonnés, il n’y a pas lieu d’entamer de discussions sur un nouvel échange.  La libération de Gilad Shalit le 18 octobre 2011 avait donné lieu à la remise en liberté d’un millier de terroristes du Hamas. 80 d’entre eux qui ont repris  une activité terroriste ont été réincarcérés depuis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *