Le film prémonitoire « La ville sans Juifs »

C’est l’histoire d’une bobine de film retrouvée miraculeusement sur un marché aux puces… On pensait le film « La Ville sans Juifs » perdu. Jusqu’à ce qu’un collectionneur mette la main dessus lors d’un marché aux puces en France, en 2015. Un an après la découverte, un vaste appel aux dons pour sauver la pépite est lancé en Autriche, alors que l’extrême droite est aux portes du pouvoir…

Sorti en 1924, La Ville sans Juifs du réalisateur autrichien Hans Karl Breslauer est l’adaptation cinématographique du livre du journaliste et romancier Hugo Bettauer. Cette histoire satirique imagine l’expulsion de tous les Juifs de Vienne… devenue réalité quelques années plus tard.

Que devient la ville sans les Juifs, expulsés de partout, et même déportés en train ? Pour Adolphe Nysenholc, il s’agit presque d’une fable-farce : on se rend compte peu à peu au fil du livre que la société ne va pas mieux et va même moins bien. Et on pleure pour que les Juifs reviennent. Pour lui, Bettauer n’est pas visionnaire, mais plutôt un bon historien qui s’inspire des expulsions du passé, telle que Babylone.

Hugo Bettauer est assassiné en 1925, deux ou trois ans après la publication de son livre, qui a remporté un énorme succès mais a provoqué un retour de flamme, en particulier auprès du parti nazi déjà actif.

Le film

Le film réalisé par Hans Karl Breslauer, à partir du livre, en 1924 à Vienne a longtemps été amputé et peu exploité. Ancien ambassadeur, chef d’orchestre, Pierre Dubuisson a re-découvert ce film.

La version proposée aujourd’hui est une version très complète rénovée par la cinémathèque autrichienne, qu’il a mise en musique, avec une partition pour 16 musiciens, à la manière de ce qui se faisait à l’époque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *