Le difficile chemin de la démocratie en Egypte

Le militant égyptien Ahmed Douma a été condamné à trois ans de prison mardi après avoir accusé le juge de partialité et a dénoncé son procès politique basé sur des accusations de violence contre l’Etat. Douma était une figure de proue de la jeunesse dans le soulèvement de 2011 qui a renversé Hosni Moubarak durant les révoltes arabes. Il est accusé d’avoir attaqué l’immeuble de bureaux du Cabinet et les forces de sécurité lors des affrontements qui ont éclaté lors d’une manifestation qui se voulait pacifiste mais qui a dérapé. Douma a également pris part à des manifestations qui ont conduit à la chute de l’armée du président islamiste Mohamed Morsi, élu en Juillet 2013, mais il s’est ensuite mobilisé contre le rôle politique de l’armée et contre une loi qui restreint sévèrement les protestations populaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *