Le circuit de Formule 1 d’Abou Dhabi sauvé in extremis d’un attentat djihadiste

Un homme lié à l’Etat Islamique a été accusé d’avoir fomenté un attentat sur le circuit de Formule 1 d’Abou Dhabi. Au total, l’homme fait l’objet de sept chefs d’accusation, dont l’intention de poser des bombes sur le circuit de Formule 1, dans un magasin Ikea, dans des autobus de touristes étrangers, d’avoir planifié des attaques contre une base militaire américaine aux Emirats et des assassinats contre de hauts responsables de la fédération de Formule 1 du pays. Son épouse, Alaa al-Hashemi, 30 ans, a déjà été exécutée par balle après avoir été condamnée à mort pour le meurtre d’une enseignante américaine, tuée le 1er décembre 2014 dans les toilettes d’un centre commercial d’Abou Dhabi avec un couteau de cuisine. Elle avait aussi été reconnue coupable d’avoir cherché à faire exploser une bombe artisanale devant le domicile d’un médecin américain d’origine égyptienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *