Le « Camp sioniste » s’impatiente et « prie » pour l’échec des négociations

Le « Camp sioniste » est en détresse et l’anxiété de ses dirigeants devient limpide pour le Likoud. Les chances du Parti de s’inclure dans un prochain gouvernement restent minces, mais l’horloge change le déroulement des négociations pour une nouvelle coalition. Certains au sein des Travaillistes deviennent de plus en plus frénétiques, ce qui a provoqué des déclarations craintives de plusieurs d’entre eux qui sont devenues des débats animés au sein du Parti. Les Travaillistes ne peuvent plus cacher leur désir de rejoindre le gouvernement, même si œuvrer dans un gouvernement de droite va à l’encontre de la nature du Parti et de ses députés qui ne seront jamais à l’aise de travailler dans un gouvernement qui ne favorise pas la cession de terres aux Palestiniens, mais c’est toujours une meilleure option que d’être dans l’opposition. Après tout, un travail hors du gouvernement est comme un poisson hors de l’eau. Le Parti est conscient de la critique qui se déclencherait s’il rejoint le gouvernement, mais le public finirait par s’y habituer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *