L’Autriche refuse de rendre les peintures de Klimt à ses héritiers juifs spoliés

Un comité consultatif du gouvernement autrichien a recommandé de ne pas donner suite aux plaignants concernant une œuvre de Gustave Klimt. Les héritiers du marchand d’art juif qui a vendu contre son gré l’oeuvre, n’ont plus de recours.

Le tableau «La Frise de Beethoven » fait partie des œuvres d’art pillées par les nazis. Mais la cour a recommandé à l’unanimité ce vendredi le refus du retour du tableau aux héritiers de la famille Lederer, parce que, selon les membres de la commission, il avait été licitement vendu à l’Etat. Le gouvernement autrichien a déclaré qu’il suivrait la décision de la commission.

L’Etat autrichien avait déjà retourné la toile une fois. En effet, cette toile avait été saisie par les nazis avec d’autres œuvres appartenant à la famille Lederer après que ses membres aient fui vers la Suisse en 1938.

Les avocats de la famille ont affirmé que l’Autriche n’avait pas laissé le revendeur d’art viennois Erich Lederer exporter son chef-d’œuvre de Klimt en Suisse, le forçant à le vendre à l’Etat à un prix au rabais d’environ $ 750 000. Les héritiers de Lederer ont déposé leur demande de restitution de la « Frise de Beethoven » en 2013, après que l’Autriche ait modifié ses lois sur la restitution des œuvres pillées. Depuis 2009, ces nouvelles lois de restitution ont également inclus des œuvres qui ont été vendues et non volées car les propriétaires avaient été mis sous pression pour les vendre.

L’Autriche a restitué des milliers d’œuvres d’art volées par les nazis et a remboursé des millions de dollars, mais l’oeuvre de Gustave Klimt ne fera pas partie des collections restituées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *