L’Arabie saoudite contrainte de combattre le monstre qu’elle a engendré

Alastair Crooke est un agent du MI6, le service de contre espionnage britannique. Il analyse sur « Huffington Post » la montée de l’islamisme dans les pays en voie de disparition politique : l’Irak et la Syrie.

« L’arrivée inquiétante de l’islamisme avec son lot de violence barbare en plein cœur du Moyen-Orient est une réalité qui fait trembler l’Occident, tout en attirant un grand nombre de jeunes musulmans vivant en Europe, en Amérique et en Israël. Mais l’Ouest n’est pas le seul à trembler devant son avancée, l’Arabie saoudite sait aujourd’hui qu’elle est directement menacée et tente de mettre en place, aidée par les Etats-Unis et l’Union européenne, une coalition armée qui a pour unique but de stopper cette avancée dans un premier temps, puis de détruire toute trace de sa présence. »

« Le Wahhabisme est à l’origine de ce montre destructeur »

« On ne peut comprendre la percée des islamistes de Daesh si on ne connaît pas les intentions premières des Saoudiens : imposer l’islam au monde occidental, et plus spécifiquement le Wahhabisme. Car la course contre le temps et contre la puissance des Chiites ont obligé l’Arabie d’imposer sa doctrine en profitant des désordres en Irak et en Syrie et d’une présence musulmane en Europe et ailleurs dans le monde, dont elle a financé les lieux de culte. »

« Cette « révolution culturelle » que représente le Wahhabisme n’avait rien d’un mouvement réformiste bénin. C’était une révolution fondée sur la haine quasi-jacobine d’Abd al-Wahab envers la putrescence et le déviationnisme qu’il percevait autour de lui, ce qui explique ses appels à purger l’Islam de toutes ses hérésies et idolâtries. »

« Mais de nombreux éléments ont changé en partie cette ambition saoudienne. Malgré l’influence des Imams et autres religieux qui considèrent d’un bon œil les ravages de l’armée islamique sans en mesurer les conséquences sur l’économie mondiale et sur la survie des royaumes du Golfe persique, la réalité politique a contraint l’Arabie et bien d’autres régimes arabes, dont la Jordanie et l’Egypte, de modérer leurs appétits religieux et de se battre afin de conserver des terres qui sont aujourd’hui menacées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *