Lapid : le financement des villages juifs de Judée-Samarie est de la corruption éléctorale

L’ancien ministre des Finances condamne le Likoud et Bayit Yehudi pour les 240 millions de shekels transférés en Judée-Samarie. « C’est une décision précipitée, comme celle de la TVA à 0% pour les produits de base. » Il accuse Netanyahou d’hypocrisie et de corruption électorale.

L’ancien ministre des Finances, Yair Lapid, a fustigé mardi ce qu’il appelle un « traitement de faveur » des villages juifs de Judée-Samarie, citant une législation de dernière minute adoptée par la Commission des Finances lundi, le dernier jour de la 19e Knesset, à présent dissoute. Le Premier ministre Benyamin Netanyahou  » a réalisé une vente pour les affaires de l’Etat », a déclaré Lapid, se référant à l’approbation d’une nouvelle communauté permanente pour les anciens résidents juifs du Goush Katif, et des millions de shekels qui ont été débloqués pour les établissements existants et la construction d’un nouveau quartier à Jérusalem.

lapid

Lapid : « Ces fonds avaient été alloués pour être transférés il y a deux mois, mais le débat au sein de la coalition a obligé la commission de les mettre en attente une fois qu’il est devenu évident que des millions de shekels allaient être destinés à des implantations isolées. »

« Je sais exactement où va l’argent », a déclaré Lapid alors que plus de 240 millions de shekels ont été remis aux résidents des villages juifs. « Ce n’est pas pour Ariel et Jérusalem, avec lesquelles je n’aurais aucun problème. Mon problème est que l’argent est destiné à Yitzhar, Tapuach et les collines au sud de Hébron. Les villages les plus isolés … Le but est de donner de l’argent à tous ces résidents avant les primaires. Si ce n’est pas un pot-de-vin d’élection, je ne sais pas ce que c’est.  »

implatation

« Ce que ne comprend pas Lapid », commente Ran Binyamini, « c’est justement parce qu’il voulait empêcher les Juifs de Judée-Samarie de mener leur combat que cette coalition n’existe plus, comme son amie Livni, dont le père était chef du Etzel, un groupe para-militaire qui combattait les envahisseurs anglais avant 1948. Leur légitimité repose sur un consensus national que Lapid et Livni leur refusent. C’est pour cette raison que Netanyahou voulait faire passer cette loi sur l’Etat juif, et il comptait sur leur patriotisme pour le faire. Devant leur obstination à vouloir un Etat palestinien, qu’eux-mêmes ne réclament plus de peur d’être contraints à faire des concessions, Netanyahou a préféré se séparer d’eux! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *