La vague d’alya commence : ils arrivent ! (vidéo)

Cette vidéo mise en ligne sur le site de l’Alyah de groupe il y a quelques heures marque le dénouement d’une année bousculée par l’épidémie de Covid-19. Après de nombreux rebondissements, finalement…ils arrivent !

La première vague d’une longue série… Une cinquantaine de familles auront la chance cette année, de bénéficier de l’aide de l’Alyah de groupe (ADG) pour leur première année en Israël. La rotation des avions, spécialement affrétés pour les nouveaux immigrants est en cours.

Les responsables de l’Agence juive s’attendent à une nette augmentation de l’Alyah, non seulement pour cette année 2020 mais également pour les années à venir.

Une vague bien anticipée

Au sein de l’Alyah de groupe, tout a été réglé en amont pour la cinquantaine de familles qui se sont préparées pour la plupart, durant le confinement. Les séances par « Zoom » n’ont pas découragé les candidats. C’est plutôt le contraire qui s’est produit avec une recrudescence des inscriptions au plus fort de l’épidémie. D’ores et déjà, 40 familles sont inscrites au programme « ADG » de l’année prochaine.

Les heureux élus, bénéficieront d’aides supplémentaires (coordinatrice dédiée, subventions, second oulpan, coaching professionnel, soutien scolaire, excursions etc.) Souhaitons à cette première vague, une belle intégration en Israël.

Vous pouvez joindre l’Alya de groupe au 01 86 96 93 51

Nathalie Sivan

Nathalie Sivan

Chroniqueuse invétérée de Coolamnews, Nathalie est une passionnée de la société israélienne, de ses particularismes, ses richesses humaines mais aussi de ses incohérences.

Une pensée sur “La vague d’alya commence : ils arrivent ! (vidéo)

  • Avatar
    13 juillet 2020 à 10 h 04 min
    Permalink

    Les trois impératifs pour optimiser votre aliyah,
    La langue, la langue et surtout… la langue.
    Avec une assez bonne maîtrise de la langue, tout est permis en Israel dans le cadre professionnel et ce, bien mieux qu’en Europe et surtout en France.
    Israel n’est pas qu’une maison de retraite ou un cimetière. On y travaille bien plus qu’en France.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *