La tension entre l’Allemagne et la Turquie est à son comble

Berlin a réagi avec colère lundi aux accusations de « pratiques nazies » du président turc, au moment où les deux pays multiplient les passes d’armes après l’interdiction de meetings électoraux pro-Erdogan en Allemagne.

Cette flambée de tensions politiques vient détériorer des relations déjà difficiles: la Turquie a très mal pris les critiques allemandes des derniers mois sur le respect de la liberté d’expression et des droits de l’opposition après les purges déclenchées à la suite du putsch raté de juillet.

« A l’adresse de notre partenaire turc, soyons critiques là où c’est nécessaire mais ne perdons pas de vue la signification de notre partenariat (…) gardons la tête froide », a lancé devant la presse Steffen Seibert, porte-parole de la chancelière Angela Merkel. Il a également qualifié « d’absurdes et déplacées » les accusations de dimanche du président Recep Tayyip Erdogan, qui avait qualifié de « pratiques nazies » les interdictions de meetings électoraux en faveur du « oui » au référendum sur l’extension de ses pouvoirs selon l’OLJ.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *