La Roumanie s’engage à résoudre les problèmes des Juifs spoliés

La Roumanie s’est engagée à résoudre les problèmes de restitution des propriétés juives.

Le Premier ministre de la Roumanie a dit qu’il allait essayer de résoudre les failles juridiques concernant la restitution des biens juifs.

Victor Ponta a offert cette assurance aux délégations de l’Organisation juive mondiale, aux représentants des États-Unis, aux gouvernements israéliens et aux dirigeants de la communauté juive locale lors d’une réunion la semaine dernière à Bucarest. Il fournira ses recommandations dans ce processus sous 90 jours.

« C’est une étape très importante dans le processus de restitution, » a déclaré  Gideon Taylor, membre du L’Organisation mondiale des Restitutions Juives. « Il y a eu beaucoup de progrès en Roumanie, mais il y a beaucoup de travail à venir. Le temps joue contre nous et nous devons terminer rapidement tant qu’il existe encore des survivants.  »

La Roumanie était un ancien allié de l’Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale. Il y avait 825 000 Juifs, mais seulement 11 000 Juifs y vivent aujourd’hui. Environ 420 000 Juifs roumains sont morts dans l’Holocauste. Une grande partie de leurs vastes propriétés a été confisquée d’abord par le régime fasciste roumain puis nationalisé par les gouvernements communistes ultérieurs.

La Roumanie a lancé la restitution des biens appartenant à des institutions juives en 1997, mais seulement 300 des 1980 demandes ont été résolues.

La date limite pour le dépôt des demandes de restitution de la propriété privée a été fixée en 2003. Mais, après que la Roumanie ait reçu plus de 250 000 demandes, la restitution a été bloquée à cause des délais imposés par le système judiciaire roumain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *