La remplaçante d’Ashton : « Je serais heureuse si, au terme de mon mandat, l’Etat palestinien existait »

Entrée en fonction le 1er novembre, Federica Mogherini, la haute représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, a confié à propos du conflit israélo palestinien au quotidien le Monde : « Le moment me semble venu de favoriser une approche concertée, incluant la question de la Palestine et des relations entre le monde arabe et Israël. Il sera, en effet, difficile de garantir la sécurité pour ce pays sans un cadre plus large impliquant les pays arabes. Et un accord global de ce type faciliterait la résolution du dossier israélo-palestinien. En réalité, l’important pour moi n’est pas que d’autres Etats, européens ou non, reconnaissent la Palestine. Je serais heureuse si, au terme de mon mandat, l’Etat palestinien existait ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *