La peine de mort pour les terroristes !

Pendant près de 20 ans ou j’ai servi dans les Forces de défense israéliennes dans une variété de postes, j’ai eu l’autorité et le devoir d’utiliser mon arme.

Je n’ai jamais osé considérer les implications opérationnelles et éthiques, et toujours distingué entre combattants et non-combattants. Je garde toujours à l’esprit que mes actions doivent être conformes à l’esprit et au code de déontologie des FDI, ainsi qu’au code général de l’éthique et de la morale en tant qu’humain et juif. Je prends souvent des risques pour protéger les idéaux moraux.

Mais qu’il n’y ait pas de confusion. Quand un terroriste brandit un couteau, se précipite dans un véhicule, porte un engin explosif ou pointe un pistolet sur nous, il ne mérite pas une once de pitié ou de considération. Un tel terroriste doit mourir, soit sur le terrain, soit condamné à la peine de mort. Une personne qui quitte sa maison dans le seul but de tuer, le cerveau lavé par le Hamas ou le Fatah, est un terroriste.

Depuis des années, nous essayons de maintenir notre pouvoir de dissuasion. L’Egypte et la Jordanie ont cessé tout acte d’hostilité depuis 1973. La Syrie a maintenant internalisé le coût de la défaite. En ce qui concerne les armées nationales, le sentiment de défaite est une émotion collective et nationale qui se manifeste dans l’incapacité d’une armée à combattre.

 

Lire la suite sur jssnews.com