La participation au marché du travail des hommes ultra-orthodoxes piétine.

 

Après des années de quasi stagnation, le revenu disponible réel a augmenté pour de nombreux Israéliens. Entre 2012 et 2017, la progression des salaires moyens a été de 22 pour cent, celle des bas salaires de 19 pour cent et celle des gros salaires de 14 pour cent. En mars dernier, le salaire moyen brut a, pour la première fois, dépassé la barre des 11 000 shekels (11 400 shekels, soit 2 800 euros, 3 100 CHF).Lire la suite sur israelvalley.com